Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

vitaminecarotne-carottesLe bêta-carotène, précurseur de la vitamine A se retrouve essentiellement dans les fruits et légumes de couleur orangé (carottes, oranges, clémentines, citrouille….). Sa transformation en vitamine A ne se déroulera que si l’organisme en a besoin. Possédant principalement les mêmes actions que la vitamine A, le bêta-carotène assure donc l’intégrité de la peau et des muqueuses ainsi que de la vision. Elle doit être consommée à hauteur de 4,2 mg par jour. Les signes de carences affectent principalement les yeux et la peau.

  1. Définition
  2. Rôle physiologique
  3. Sources alimentaires et quantités associées
  4. Apports nutritionnels conseillés : nos besoins réels
  5. Statut nutritionnel : identification des groupes à risque
  6. Carences et signes de carences
  7. La supplémentation en vitamine bêta-carotène
  8. Conclusion

Définition (1)

Définition du beta carotène

Le bêta-carotène fait partie de la famille des caroténoïdes. Il est le principal précurseur (provitamine) de la vitamine A. Sa transformation en vitamine A ne se déroulera que si l’organisme en a besoin. Caractérisé par une couleur jaune orangé, il possède également, en dehors de son rôle de provitamine A, des caractéristiques qui lui sont propres. La dose maximale autorisée en France dans les compléments alimentaires est de 4,8 mg /jour.

Rôle physiologique (1) (4)

L’absorption du bêta-carotène se fait dans l’intestin grêle proximal par un transport actif (par voie lymphatique sous forme de micelles). N’étant pas synthétisé par l’organisme, il doit obligatoirement être fourni par l’alimentation. Le bêta-carotène se transforme en vitamine A quand l’organisme en ressent le besoin. Par conséquent, il en possède les mêmes actions sur l‘organisme. De plus, il joue deux autres rôles opposés suivant la concentration à laquelle il se trouve :

  • Bêta-carotène et agent antioxydant à faible concentration : le bêta-carotène possède des propriétés antioxydante. En effet, il put neutraliser des radicaux libres et des formes très réactives de l’oxygène, impliqués dans le vieillissement des cellules.
  • Bêta-carotène et agent pro-oxydant à forte concentration : le bêta-carotène, en trop forte concentration, peut avoir des effets pro-oxydatifs. Il stimule la production d’espèces réactives de l’oxygène, composés destructeurs pour les cellules. De plus, le béta-carotène et les caroténoïdes présents en trop grande quantité peuvent diminuer la teneur en vitamine E (antioxydant majeur) présent dans les cellules.

Sources alimentaires et quantités associées (2) (3)

Le bêta-carotène se rencontre plutôt dans les végétaux : carottes, melons, abricots, mangues, épinards, feuilles vertes de salade, patates douces, persil,…Pour favoriser l’absorption des caroténoïdes l’ajout de matière grasse est vivement conseillée. Il faut également souligner que 6 μg de béta-carotène sont utiles à la formation d’ 1 μg de rétinoïde. Les apports journaliers recommandés en bêta-carotène sont de l’ordre de 2,4 mg afin d’assurer 50% de ses besoins en vitamine A.

Source et quantité de beta carotène dans les aliments

 

Apports nutritionnels conseillés : nos besoins réels (2)

Le bêta-carotène n’étant pas synthétisé par l’organisme. Il doit donc être apporté en quantité suffisante par notre alimentation et notamment par la consommation des produits riches en bêta-carotène cités ci-dessus. Les besoins en bêta-carotène varient légèrement en fonction des variations climatiques, ethniques, des habitudes alimentaires et du mode de vie. Ils ne sont pas spécifiquement définis mais on sait que 6 μg de bêta-carotène sont nécessaires à la formation d’1μg de vitamine A. La conversion ne se réalisant que lorsque l’organisme se trouve en déficit de vitamine A.

Statut nutritionnel : identification des groupes à risque

Etudes sur le comportement nutritionnel pour le bêta-carotène

On relève quelques facteurs pouvant dans certains cas amener à une médication visant à supplémenter l’individu en de bêta-carotène: femmes enceintes et allaitantes, enfants et individus réalisant des efforts physiques intenses et réguliers.

Carences et signes de carences (1) (4)

La carence en bêta-carotène en se manifeste de la même manière que lors d’une carence en vitamine A :

Signes oculaires : plusieurs atteintes différentes de l’œil peuvent apparaître. Une atteinte fonctionnelle de la rétine peut être observée, entraînant une diminution de la vision à l’obscurité. Une atteinte cornéenne, se manifestant par une sécheresse pouvant évoluer vers une opacification de la cornée ou une destruction du cristallin peut également survenir.

Signes cutanés : un dessèchement de la peau du à une réduction des glandes sébacées et des muqueuses est un des signes cliniques de la carence. Ces perturbations se retrouvent principalement au niveau du visage et des membres inférieurs.

Sensibilité à certaines infections : la carence entraîne une plus grande prédisposition à contracter certaines infections virales comme la rougeole ou certaines complications pulmonaires. En effet, elle entraîne des modifications anormales de la muqueuse respiratoire, favorisant ainsi la colonisation microbienne à l’origine de ces infections.

La supplémentation en bêta-carotène

Le bêta-carotène agit principalement sur la santé de la peau et des muqueuses.

Etudes sur La supplémentation en bêta-carotène

Conclusion

Le bêta-carotène, provitamine stockée principalement dans le foie, va permettre à l’organisme, lorsqu’il en a besoin de synthétiser de la vitamine A. Ses fonctions sont donc intimement liées à celle de la vitamine A. Mais il possède également des actions pro ou antioxydantes suivant les conditions dans lesquelles il se retrouve. Présent uniquement dans le monde végétal, la consommation de fruits et légumes frais se doit alors d’être encouragée.

 

Bibliographie

  • (1) Les vitamines Données Biochimiques nutritionnelles et cliniques CEIV
  • (2) Afssa apports nutritionnels conseillés pour la population française
  • (3) http://www.afssa.fr/TableCIQUAL/
  • (4) Encyclopédie des vitamines, Volume 1, 2, 3, Jean- Claude Guilland et Bruno Lequeu, Lavoisier 2009