Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

pomme_gelule

Parce qu'il n'est jamais trop tard pour prendre soin de soi, de nombreux compléments alimentaires nous permettent aujourd'hui d'allier à la fois vie active et santé. Bien que seule une alimentation variée et équilibrée associée à un mode de vie sain restent les clés d'un bon état de santé, les compléments alimentaires peuvent nous aider à combler certains manques en vitamines, oméga, probiotiques, minéraux ou autres substances.

Soumis à des contrôles ainsi qu'à une réglementation stricte, ils complèteront parfaitement une alimentation habituelle et ce, sans risque pour le consommateur. En effet, les doses de nutriments contenus dans les compléments alimentaires sont largement inférieures aux premières doses toxiques observables.

  1. Définition et règlementation des compléments alimentaires
  2. Pourquoi consommer des compléments alimentaires?
  3. Qui consomment des compléments alimentaire en France?
  4. Les compléments alimentaires sont-ils des médicaments?
  5. Les compléments alimentaires sont-ils de qualité?
  6. Les compléments alimentaires sont-ils toxiques?
  7. Conclusion

 

Définition et règlementation des compléments alimentaires

La notion de complément alimentaire est récente. Ce n’est qu’en juin 2002 que la directive 2002/46/CE du parlement Européen les définit de la façon suivant : « Les compléments alimentaires sont des denrées alimentaires dont le but est de compléter un régime alimentaire normal et qui constituent une source concentrée de nutriments ou d’autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique seuls ou combinés. Ils sont commercialisés sous forme de doses (gélules, pastilles, comprimés, ampoules, pilules…) et destinés à être pris en unités mesurées de faible quantité ».

Les compléments alimentaires ne nécessitent pas d’autorisation de mise sur le marché, mais doivent faire l’objet en France de déclaration auprès de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) qui examine leur composition. Ils doivent répondre aux exigences de traçabilité et de qualité des produits de l’agroalimentaire. Des contrôles réguliers sont mis en place sur les lieux de fabrication, de stockage et de vente de ces produits.

Les allégations qu’ils mentionnent sont régies par le règlement Allégations 1924/2006 du parlement Européen permettant de garantir aux consommateurs la véracité des allégations figurant sur l’étiquetage, la présentation ou la publicité des denrées alimentaires.

L’étiquetage nutritionnel présent sur l’emballage des compléments alimentaires doit également répondre aux exigences règlementaires du décret n° 93-1130 du 27 septembre 1993, permettant de déterminer précisément les quantités et les valeurs nutritionnelles des nutriments présents dans le produit.

Afin de surveiller la bonne utilisation des compléments alimentaires, des systèmes d’alertes ont été instaurés au niveau national (Dispositif national de Nutrivigilance : Loi n°2009-879 du 21 Juillet 2009) ainsi qu’au niveau européen (RASFF).

Pourquoi consommer des compléments alimentaires ?

Consommer des compléments alimentaires c’est couvrir ses besoins nutritionnels tous les jours et s’assurer une bonne santé au quotidien. Ils permettent de répondre à des besoins spécifiques apparaissant tout au long de la vie, comme au moment de la grossesse, de la ménopause, lors d’activités physiques…

« Naturellement, nous avons tout ce qu’il faut pour maintenir notre température corporelle, alors pourquoi s’habiller ? L’habillement de tous les jours nous permet d’économiser de l’énergie pour nous défendre contre les agressions extérieures. C’est pareil pour les apports en nutriments.

L’alimentation nous en apporte une certaine quantité mais le fait d’apporter quotidiennement une couverture supplémentaire par les compléments alimentaires permet d’assurer un apport optimisé pour les besoins de tous les jours. » (1)

Les carences (à distinguer du déficit d’apport), sont peu nombreuses dans les pays développés comme la France. On parlera de carence si les apports en un élément sont insuffisants, et surtout si cela a pour conséquence l’apparition de manifestations cliniques (pathologies carentielles).

Le déficit d’apport, beaucoup plus courant, correspond quant à lui à des apports inférieurs à 2/3 des ANC et expose le groupe de population correspondant à un risque de carence. Si ce déficit devient chronique, la population concernée pourra, à court terme, présenter des pathologies non carentielles.

Toutes les enquêtes alimentaires françaises démontrent que la population présente des déficits en certains nutriments (vitamines C, B6 ou minéraux calcium, fer, magnésium notamment). Ces déficits sont essentiellement dus à de mauvaises habitudes alimentaires et peuvent engendrer à plus ou moins long terme certaines pathologies.

La nutrition des Français

L’intérêt des compléments alimentaires pour le consommateur est alors multiple : (3)

 

Besoins Exemples de nutriments
Toniques Vitamine C, Ginseng, Gelée royale
Défenses naturelles Vitamine E, Zinc, Echinace Purpura, Probiotiques
Articulations Vitamine D, Cuivre, Curcuma
Digestion Potassium, Artichaut, Fibres
Circulation Vitamine B12, Fer, Oméga-3, Vigne rouge
Minceur / Drainants Chrome, Caféine
Beauté Vitamine B5, Sélénium, Bourrache
Détente/ sommeil Magnésium, Mélisse, lait
Confort urinaire Vitamine E, Potassium, Canneberge
Mémoire / Intellect Vitamine B9, Phosphore, Ginkgo Biloba, DHA
Vision Vitamine A, Myrtille

 

Les compléments alimentaires permettent de répondre à des besoins spécifiques liés à des déficits, voire des carences nutritionnelles de manière adaptée et efficace.

Qui consomment des compléments alimentaires en France?

Concernant la consommation de compléments alimentaires par personne et par an, la France se trouve encore loin derrière la Norvège, l’Italie, Le Canada, l’Allemagne et le Royaume-Uni. (2) .Un peu moins de un Français sur 5 consomme des compléments alimentaires. (4). Les compléments alimentaires ne se substituent pas à l’alimentation, mais permettent de la compléter.

De nombreuses études démontrent que les personnes consommant des compléments alimentaires possèdent un mode vie plus sain et une alimentation équilibrée. L'étude NHANES II ainsi que d'autres études américaines mettent en évidence que les personnes supplémentées consomment plus de fibres, de vitamines et de minéraux par l'alimentation que les non consommateurs.

De plus ces personnes consomment moins de graisse, de sel, de sucre que les non consommateurs. Ils possèdent également un mode de vie plus actif, sont moins fumeurs et consomment moins d'alcool et de caféine.

Les Français consomment également des compléments alimentaires :

Etude Inca 2, (Individuelle nationale Des consommations alimentaires 2) Afssa 2007

Présentation et protocole de l'étude :

L'étude Inca 2 a été initiée par l'Afssa (Agence française de la sécurité sanitaire des aliments) et a comme objectif d'évaluer les risques et les bénéfices nutritionnels et sanitaires liés à l'alimentation.
Dans cette perspective, l'étude Inca 2, menée entre 2005 et 2007, rapporte la consommation alimentaire des Français, sur 7 jours consécutifs. Elle fait suite à l'étude Inca 2 ayant eu lieu entre 1998 et 1999. Cette nouvelle étude a nécessité la participation de 2624 adultes et de 1455 enfants.

Les 4079 participants ont eu pour principale mission la réponse à des questionnaires alimentaires et ce quotidiennement. Un descriptif complet et détaillé de l'ensemble de leur nourriture (boissons et compléments alimentaires compris) est alors rapporté chaque jour pendant 7 jours consécutifs. Afin de prendre en compte les variations de saisons et donc de comportements alimentaires, l'étude s'est déroulée sur 3 phases entre fin 2005 et avril 2007. Le recueil des données concernant les compléments alimentaires s'est déroulé sous forme de questionnaire portant sur la consommation quotidienne de compléments alimentaires et ce durant 7 jours, mais également leur consommation sur les 12 mois précédant l'enquête.

Résultats de l'étude concernant la consommation de compléments alimentaires:

Il en ressort que :

  • les femmes sont les plus grandes consommatrices de compléments alimentaires (66% des consommateurs).
  • les consommateurs réguliers de compléments alimentaires sont plus âgés. Les plus jeunes préférant des prises plus occasionnelles.
  • le niveau d'éducation influence la prise de compléments alimentaires. Plus il est élevé, plus les prises seront courantes.
  • Plus l’activité physique est importante, plus la consommation de compléments alimentaires l’est également.
  • les femmes du Sud et de l'Est consomment plus de compléments alimentaires que les femmes de l'Ouest et du Nord.
  • les compléments alimentaires à base de vitamines et minéraux sont préférés aux autres (plantes, oméga, probiotiques).
  • les adultes et les enfants consomment les compléments alimentaires essentiellement sur avis médical ou sous avis d'un proche (55% sous conseil médical).
  • les trois principales attentes d'un complément alimentaire sont pour 70% des consommateurs : "lutter contre la fatigue", "résoudre des problèmes de santé particuliers" et "rester en bonne santé". Le rééquilibrage de l'alimentation ou l'apport nutritionnel sont peu évoqués.
  • les consommateurs de compléments alimentaires ont, à la base, une bonne hygiène de vie alimentaire et physique.
  • 63% des consommateurs prennent un complément alimentaire le temps d’un programme uniquement.
  • les consommateurs de compléments alimentaires respectent globalement mieux leur BNM (besoins nutritionnels moyens), grâce avant tout à une alimentation plus saine et équilibrée.

Résumé : Les compléments alimentaires sont consommés par relativement peu de Français, cependant les femmes se distinguent en effectuant le plus grand nomble de prise. Les compléments vitaminiques et à base de minéraux sont les plus appréciés, que ce soit chez les adultes ou chez les enfants. Les consommateurs ont, à la base, une meilleure hygiène de vie (alimentaire, physique) et respectent mieux leurs besoins grâce aux compléments alimentaires.

Toutes les études s'accordent sur le fait que les personnes consommant des compléments alimentaires sont celles possédant le plus souvent une meilleure hygiène de vie et une alimentation plus équilibrée.

Les compléments alimentaires sont-ils des médicaments?

Différences entre médicaments et compléments alimentaires

Non les compléments alimentaires ne sont pas des médicaments et ne peuvent les remplacer. Ils contribuent néanmoins à améliorer certaines conditions (femmes enceintes, ménopause, sommeil,...), mais ils ne peuvent pas soigner une maladie.Ils contribuent à l'entretien et permettent à des individus en bonne santé de le rester. La supplémentation est un moyen de prévention efficace. Elle ne remplace en aucun cas la médication, ni l'alimentation variée et équilibrée. Cependant, elle représente une aide précieuse et utile.

 

 

 

 

Les compléments alimentaires sont-ils de qualité?

Oui les compléments alimentaires sont de qualité. La réglementation française et européenne imposent des exigences élevées en matière de sécurité des compléments alimentaires et de protection du consommateur. En effet :

  • un système d’assurance qualité permet d’assurer la traçabilité et de garantir l’hygiène et la sécurité des compléments alimentaires (HACCP, ISO…).
  • seuls les ingrédients ayant fait l’objet d’une autorisation d’emploi peuvent être utilisés.
  • l’étiquetage de tous les ingrédients et des recommandations d’utilisation est obligatoire.
  • une déclaration à la DGCCRF de mise sur le marché est systématique.
  • Une charte de Qualité des Compléments Alimentaires Synadiet (Syndicat des fabricants de produits naturels, diététiques et compléments alimentaires) permet d’informer les industriels des avancées scientifiques et règlementaires sur ces produits.

Les compléments alimentaires sont-ils toxiques?

Non les compléments alimentaires ne sont pas toxiques.

Ils permettent d’apporter à chacun des quantités de nutriments, dans le but de compléter les besoins de ceux qui seraient en déficit. Les compléments alimentaires peuvent également faciliter l’obtention des valeurs des ANC (apports nutritionnels conseillés) pour ceux qui ont une alimentation « normale », tout en garantissant la sécurité des consommateurs..

Les compléments alimentaires se situent dans une zone d'apport sans danger pour la santé. Même si la consommation de compléments alimentaires peut amener à dépasser les doses limites de sécurité ponctuellement, ce dépassement sera sans risque pour la santé. En effet, il existe encore une marge de sécurité entre ces doses limites et la dose maximale à laquelle aucun effet indésirable n'est rapporté.

Les quantités maximales des nutriments sont établies au niveau français en tenant compte des apports alimentaires (alimentation courante) et des limites supérieures de sécurité établies, après évaluation scientifique.

Ces quantités maximales sont exprimées en fonction de la portion journalière. Actuellement en France, ces apports maximaux correspondent à 1 à 3 fois l'AJR.

Les compléments alimentaires à base de vitamines et minéraux sont sans danger puisque les limites maximales autorisées en France sont bien en deçà des valeurs où les premières manifestations toxiques apparaissent :

 

Tableau des limites maximales en apport en vitamines

 

Tableau des limites maximales en apport en minéraux

 

 

 

Conclusion :

Les compléments alimentaires sont donc des denrées alimentaires permettant de compléter un régime équilibré. Ils sont sûrs et efficaces, bien que ce ne soient pas des médicaments. Ils font l'objet d'un suivi particulier et permettent aux consommateurs une prise en charge santé sans danger.

Bibliographie

(1)Le nouveau guide des vitamines Thierry Souccar et Dr Jean Paul Curtay
(2)IADSA Euromonitor 2009
(3)Synadiet Intérêt pour l’organisme de quelques ingrédients
(4)Credoc 2009