Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

iStock_000010344364XSmallortieRetour liste alphabétique

  1. Nom et famille
  2. Description, composition et partie utilisée
  3. Propriétés
  4. Conseils d'utilisation

Nom et famille

Urtica dioïque

L'ortie appartient à la famille des Urticaceaes.

Description, composition et partie utilisée

La grande ortie, encore appelée ortie dioïque ou ortie commune, d'origine eurasiatique, est aujourd'hui présente dans le monde entier au niveau des zones tempérées. C'est une plante herbacée et vivace. La grande ortie peut atteindre, dans de bonnes conditions, plus d’un mètre de hauteur.

La feuille d'ortie contient principalement des flavonoïdes, des éléments minéraux constitués de calcium, de potassium et de silicates partiellement solubles, de l'acide caféique et ses esters, de glycoprotéines, des lipides, des sucres, des acides aminés libres, de faibles quantités d'acétylcholine, d'histamine, de sérotonine et d'acide formique.

Propriétés

L’ortie dioïque serait également traditionnellement utilisée pour stimuler la repousse des cheveux. De nombreux shampoings en contiennent.

L'emploi de l'ortie piquante comme reminéralisant tient à sa richesse en minéraux qui participent au développement d’une action favorable sur la diurèse, accompagnée par une forte élimination de chlorures et d'urée.

Si, grâce à sa richesse en minéraux, l'ortie aide à renforcer le squelette, ses feuilles participent également au bien-être des articulations en maintenant leur souplesse et leur mobilité. Plusieurs études laissent entendre que les feuilles d’ortie soulageraient les douleurs arthritiques, et permettraient une nette amélioration de la mobilité des patients atteints d’arthrose. (1) (2)

L’ortie possèderait également des propriétés anti-allergiques pouvant soulager les symptômes de la rhinite allergique chez certains patients. (3)

Une utilisation de l'ortie serait efficace contre les manifestations physiologiques de l'hypertrophie bénine de la prostate. (4)

Conseils d'utilisation

L'ortie peut être consommée sous forme d'extrait (2 à 5 ml par jour) ou sous forme de tisane (2 à 5 g de feuilles séchées dans 150 ml d'eau bouillante, 3 fois par jour). La racine de l'ortie peut être consommée en décoction (1,5 g dans 150 ml d'eau, 3 fois par jour).

Bibliographie

(1) A comprehensive review on nettle effect and efficacy profiles, Part I: Herba urticae CHRUBASIK Julia E. ; ROUFOGALIS Basil D. WAGNER Hildebert ; CHRUBASIK Sigrun A. ; http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=18827982
(2) J R Soc Med 2000 Jun;93(6):305-9.Randomized controlled trial of nettle sting for treatment of base-of-thumb pain. Randall C, Randall H, Dobbs F, Hutton C, Sanders H. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10911825
(3)Altern Med Rev. 2000 Oct;5(5):448-54.Natural treatment of perennial allergic rhinitis. Thornhill SM, Kelly AM. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11056414?dopt=Abstract
(4)Vontobel HP, Herzog R, et al. [Results of a double-blind study on the effectiveness of ERU (extractum radicis Urticae) capsules in conservative treatment of benign prostatic hyperplasia].Urologe A 1985 Jan;24(1):49-51.
Bruneton J. "Pharmacognosie Phytochimie Plantes médicinales", éditions. Lavoisier Tec & Doc, 1993. Chidiac P. « Phytothérapie et Ménopause », thèse de doctorat de pharmacie, Paris XI, 1992. Valnet J. "Phytothérapie Traitement des maladies par les plantes", éditions Maloine, 1983. Van Hellemont J. « Compendium de phytothérapie »,. Editions APB Service scientifique, 1986. Wichtl M. & Anton R