Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
iStock_000005654573XSmallignameRetour liste alphabétique
  1. Nom et famille
  2. Description, composition et partie utilisée
  3. Propriétés
  4. Conseils d'utilisation

Nom et famille

Dioscorea opposita

L'igname appartient à la famille des Dioscoréacées.

Description, composition et partie utilisée

Le yam, ou igname sauvage, est originaire du Nord de l’Amérique et du Mexique. C’est une plante vivace rampante cultivée pour ses tubercules. Le tubercule du yam est essentiellement utilisé à des fins alimentaires.

Le tubercule pelé constitue la partie comestible avec une teneur importante en amidon, une faible teneur en lipides, des protéines, des minéraux (calcium, phosphore, fer, zinc), des vitamines A, C, B1 (thiamine), et B2 (riboflavine).

Les autres composés chimiques les plus intéressants sont les saponosides.

Propriétés

Dans certains pays d'Asie, d'Amérique Centrale et du Sud, les femmes ne connaissent pas ce qu'on appelle le syndrome prémenstruel et vivent très bien leur ménopause. Cela est en partie du à leur régime alimentaire, dans lequel l’igname sauvage rentre pour une part importante.

Le yam est en effet naturellement riche en diosgénine, un saponoside stéroïdique dont la structure est très proche de celle de la progestérone. Dans notre organisme, la progestérone est le précurseur d'autres hormones sexuelles comme les oestrogènes. Or, ces hormones sont responsables du cycle menstruel et de l'équilibre biologique de la femme. (1)

Conseils d'utilisation

Pour bénéficier des avantages de l'igname, il faudrait consommer 390 g de racine par jour.

Bibliographie

(1) Therapeutic Research Faculty (Ed). Wild yam, Natural Medicines Comprehensive Database. www.naturaldatabase.com
BIDER Stéphanie « Les Ignames : aspects alimentaires et thérapeutiques traditionnels », Thèse de doctorat de pharmacie, Univ. de Lille II, 1999.

BRUNETON J. « Pharmacognosie Phytochimie Plantes médicinales », 2ème éd., Lavoisier Tec & Doc, 1993, pp 545-546.
LEE John R. « Equilibre hormonal et progestérone naturelle », Editions Sully, 1997, pp 137.
PERRIS Christine « Les plantes à diosgénine », Thèse de Doctorat de Pharmacie, Montpellier I, 1983.
RUEFF D. & NAHON M. « Hormones Végétales Naturelles, ménopause, andropause, vieillissement », Editions Jouvence/Sully, 1997, pp 88-94 et 96.
SAUVAIRE Y., BACCOU J.C. « Perfectionnement dans l’extraction des sapogénines stéroïdique. Valorisation des sous-produits », Lloydia, 1978, nov.dec. 41 (6), pp 588-596