Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

chocolatL’intérêt pour les oméga-3 est tout récent et les études à leurs sujets le sont tout autant. Ainsi, les résultats des recherches menées sur ces nutriments ne sont pas tous exploitables et des modifications de cette partie sont à prévoir dans les mois et les années à venir.

Les oméga-3 sont des nutriments mal connus du grand public et les chercheurs commencent à s’y intéresser de près. Les études et la documentation à leur sujet sont donc peu nombreuses, les informations regroupées dans cette partie sont donc utiles afin de mieux appréhender ces nutriments vitaux.

Idées principales
  • les oméga-3 sont des lipides polyinsaturés essentiels à l'organisme.
  • le précurseur de la famille des oméga-3 est l'ALA, mais la transformation en EPA et en DHA est très faible (<1%). Ces oméga-3 sont indispensables pour la réalisation de certaines fonctions (développement du cerveau, humeur,protection cardiovasculaire...)
  • des apports journaliers et des apports nutritionnels conseillés sont donnés à titre indicatif et sont des valeurs couvrant 97.5% des besoins de la population. L'idéal est de ne pas trop s'en éloigner (risque de carences, de déficit ou d'excès).
  • de nombreuses recommandations sont données par les autorités sur le plan nutritionnel, mais il s'avère qu'un grand nombre de personnes ne les suivent pas, d'où un risque de déficit en certains oméga-3.
  • la supplémentation en oméga-3 ne remplace pas une alimentation saine et équilibrée, mais aide le consommateur à combler ses déficits en oméga-3

 

     
    1. Définition générale
    2. Importance pour la santé : fonctions dans l’organisme
    3. Besoins nutritionnels et apports nutritionnels recommandés
    4. Sources alimentaires et quantités associées
    5. Comportement nutritionnel des Français pour les oméga-3
    6. La supplémentation en oméga-3
    7. Conclusion

     

    Définition générale (1) (10)


    Les oméga-3 sont des acides gras à longue chaîne (lipides) appartenant à la famille des polyinsaturés (plusieurs doubles liaisons carbone-carbone). Ils sont dits essentiels car ils ne peuvent pas être fabriqués par notre organisme et doivent être apportés par l’alimentation. L’acide alpha linolénique (ALA) est le précurseur indispensable à cette famille, il assure le renouvellement de ces acides gras, et notamment du DHA (acide docosahexaénoique) et de l’EPA (acide éicosapentaénoïque) utiles à nos cellules (développement, croissance, fonctionnement). Or, celui-ci n’est en aucun cas synthétisé par notre corps. C’est pourquoi il doit impérativement être amené par l’alimentation. Sa conversion en EPA puis en DHA reste cependant bien faible (0,2%).

    Conversion d'alpha linolénique en EPA puis DHA

    D’autres acides gras à longue chaîne ont également des rôles importants à jouer. Ce sont notamment les oméga-6. Ces derniers se présentent sous la forme d’acides gras polyinsaturés qu’il faut consommer de manière raisonnable et raisonnée. En effet, il ne doit pas y avoir de déséquilibre entre les deux oméga et le rapport entre oméga-6 et oméga-3 doit être idéalement égal à 5. Un apport en oméga-6 trop important peut provoquer de réels désordres dans l’organisme. En France, le rapport actuel oméga 6 /oméga 3 est supérieur à 10.

    Les produits riches en oméga-3 sont à protéger de la chaleur et de la lumière car ils auront tendance à s’oxyder rapidement.

     

    Importance pour la santé : fonctions dans l’organisme (2) (3) (8)


    Il y a déjà plus de 30 ans, des études avaient démontré que les Esquimaux et les Japonais, grands consommateurs de poissons, présentaient moins d'infarctus du myocarde que les autres populations. Le poisson étant riche en oméga-3, le lien entre ces lipides et la protection cardiaque a vite pu être supposé. Plusieurs études ont alors été faites et ont permis de mettre en évidence que l’ALA, le DHA et l’EPA fluidifiaient le sang et prévenaient ainsi la formation de caillot sanguin, protégeant ainsi le cœur.

    Les oméga-3 ont tous des rôles importants à jouer dans l’organisme. Cependant, les deux principaux, l’EPA et le DHA, sont essentiels pour assurer certaines fonctions :

     

    • L’EPA, AG indispensable : Rôle fonctionnel

    Il participe à la synthèse des neuromédiateurs : sérotonine et dopamine. Mais il a également une action anti-inflammatoire.
    Il va intervenir dans trois mécanismes principaux :

    L’équilibre émotionnel :

    Peet M, Horrobin DF. A dose-ranging study of the effects of ethyl-eicosapentaenoate in patients
    with ongoing depression despite apparently adequate treatment with standard drugs. Arch Gen Psychiatry 2002;59:913-919
    .

    Etude sur les bienfaits de l'EPA sur la dépression

     

    Cette étude portant sur 70 patients a permis de mettre en évidence qu'une supplémentation d'EPA à hauteur de 1g / jour permettrait de réduire significativement les symptômes de la dépression.

    En effet, sur une période de 12 semaines, plus de 80 % des patients souffrant de dépression ont vu leur état s'améliorer, contrairement aux personnes ayant reçu le placebo.

    L'amélioration des symptômes fut mesurée à partir des échelles de Hamilton, de Montgomery-Asberg et de Beck. Ces échelles permettent d'évaluer le degré de dépression du patient : plus le résultat aux 17 questions est élevé, plus le degré de la maladie est important.

    La consommation d'oméga-3 permet de lutter efficacement contre l'état dépressif en améliorant les symptômes de la maladie.

     

     

     

     

    La concentration chez l’enfant √ :

    Richardson AJ, Montgomery P. The Oxford-Durham study:
    a controlled trial of dietary supplementation with fatty acids in children with developmental coordination disorder. Pediatrics. 2005 May;115(5):1360-6

    Etude sur l'efficacité de l'EPA et du DHA sur les troubles du comportement des enfants

     

    Cette étude portant sur 117 enfants âgés de 5 à 12 ans a mis en évidence qu'une supplémentation en oméga-3 (EPA/DHA) à hauteur de 558 mg par jour, permettrait d'améliorer les capacités intellectuelles des enfants souffrant de troubles du comportement.

    En effet, sur les 117 enfants supplémentés pendant 3 mois, les chercheurs se sont aperçus que bien qu'aucune amélioration ne soit observée sur le plan moteur, les enfants avaient plus de facilité (moins de temps d'apprentissage) pour les travaux intellectuels comme la lecture ou l'orthographe. Les enfants sous placebo mettant au moins deux fois plus de temps pour apprendre l'orthographe ou la lecture que les enfants sous oméga-3.

    : Allégations santé validées par l'EFSA

     

     

    Douleurs articulaires et dorsales :

    Omega-3 fatty acids (fish oil) as an anti-inflammatory:
    an alternative to nonsteroidal anti-inflammatory drugs for discogenic pain.Maroon JC, Bost JW.

    Etude de l'action anti-inflammatoires de l'EPA sur les douleurs articulaires

     

    La consommation d'EPA, à hauteur de 1g par jour, pendant 4 mois réduirait significativement les douleurs articulaires et dorsales des malades.

    Cette étude portant sur 250 patients souffrant de douleurs cervicales et dorsales chroniques ou dues à une intervention neurochirurgicales, a permis de mettre en évidence l'efficacité d'une supplémentation en oméga-3 pour atténuer ces douleurs.

    Plus de 60% ayant consommé cette dose d'un gramme par jour d'EPA reconnaissent une diminution significative de leurs douleurs. Plus de 80% des patients se déclarent satisfaits de cette supplémentation et prêts à la continuer.

    Aucun effet désirable n'a été déclaré dans cette étude.

     

     

     

     

     

     

     

    • Le DHA, AG indispensable : Rôle structurel

    Il participe au développement du cerveau ainsi qu’à l’intégration des phospholipides membranaires. Il a une action anti-arythmique (battements irréguliers du cœur).

    Il va intervenir sur deux mécanismes principaux :

    La mémoire et le capital cérébral :

    J Neurochem.2006 Jan;96(2):385-95. Epub 2005 Nov 21.
    Docosahexaenoic acid prevents neuronal apoptosis induced by soluble amyloid-beta oligomers.
    Florent S, Malaplate-Armand C, Youssef I, Kriem B, Koziel V, Escanyé MC, Fifre A, Sponne I, Leininger-Muller B, Olivier JL, Pillot T, Oster T.

    Etude Florant sur l'action du peptide et DHA sur le tissu neuronal

     

    Cette étude repose sur la caractéristique du peptide β-amyloïde capable de détruire les formations neuronales du cerveau.

    Ce peptide, présent dans notre cerveau, pourrait être responsable de l'apparition de la maladie d'Alzheimer.

    Les chercheurs se sont aperçus que lorsque ce peptide était en présence de DHA ( 0,5 µM) au niveau du tissu neural, les formations neuronales étaient plus nombreuses que lorsque le peptide seul ou le DHA seul était appliqué sur ce même tissu.

    Les oméga-3, et le DHA en particulier, ont la capacité de réduire la destruction des formations neuronales due à la présence du peptide β-amyloïde dans le tissu neural.

    La consommation de DHA permettrait ainsi de diminuer l'apparition de la maladie d'Alzheimer chez les personnes âgées.

    Les oméga-3 se retrouvent principalement dans les poissons, les crustacés et les huiles (olives, colza et lin).

     

     

     

     

    Le système cardiovasculaire :

    Lancet. 2008 Oct 4;372(9645):1223-30. Epub 2008 Aug 29.
    Effect of n-3 polyunsaturated fatty acids in patients with chronic heart failure (the GISSI-HF trial): a randomised, double-blind, placebo-controlled trial.Gissi-HF Investigators, Tavazzi L, Maggioni AP, Marchioli R, Barlera S, Franzosi MG, Latini R, Lucci D, Nicolosi GL, Porcu M, Tognoni G

    Etude Gissi - Efficacité du DHA et EPA en prévention secondaire d'une pathologie cardiaque

     

    Cette étude portant sur des patients atteints de maladies cardiovasculaires supplémentés en DHA et EPA pendant 4 ans a mis en évidence qu'une consommation d'oméga-3 permettait de réduire significativement le risque de décès liés à ces maladies. En effet, un plus grand nombre de patients soumis au placebo sont décédés suite à une maladie cardiovasculaire par rapport aux personnes supplémentées par le DHA.

    La consommation d'oméga-3 permettrait de réduire significativement le nombre de décès liés aux maladies cardiaques. On les retrouve dans le poisson, les crustacés et les huiles végétales.

     

    La consommation d’oméga-3 est donc fortement conseillée, que ce soit sous la forme d’EPA, de DHA ou d’ALA. Hormis les effets principaux mentionnés ci-dessus, d’autres études ont démontré leur efficacité :

    • sur le cœur : diminution de la pression artérielle chez les personnes présentant une hypertension artérielle (EPA)
    • sur le cœur : diminution des triglycérides dans le sang réduisant le risque de mortalité des maladies cardio-vasculaires (EPA) sur la mobilité des membranes cellulaires
    • sur le développement du cerveau (DHA)
    • sur le bon fonctionnement de la rétine (DHA)
    • sur la motilité des spermatozoïdes (DHA)
    • sur le blocage de la multiplication des cellules graisseuses (facilite la perte de poids)

    : Allégations santé validées par l'EFSA

    Bien que les graisses, et donc les lipides, soient pointés du doigt par les adeptes des régimes, elles sont indispensables pour assurer certaines fonctions de notre corps. Les oméga-3, s’ils sont en quantité insuffisante, peuvent provoquer d’importantes complications au niveau cardiovasculaire, visuel mais également sur le moral en favorisant la déprime et le mal-être.

    Les carences, à distinguer du déficit d’apport, sont peu nombreuses dans les pays développés comme la France. On parlera de carence si les apports en un élément, ici les oméga-3, sont insuffisants et surtout si cela a pour conséquence l’apparition de manifestations cliniques (pathologies carentielles).

    Le déficit d’apport, beaucoup plus courant, correspond quant à lui, à des apports inférieurs à 2/3 des ANC et expose le groupe de population correspondant à un risque de carence. Si ce déficit devient chronique, la population concernée pourra, à court terme, présenter des pathologies non carentielles.

    Les oméga-3 sont également des constituants des membranes cellulaires, mais ils se concentrent principalement dans les neurones. Le DHA est extrêmement important pour le développement du cerveau du fœtus. Si la mère souffre d'un déficit avant et pendant la grossesse, le nouveau-né pourra présenter un retard mental sévère à la naissance.

    Il a été également observé que les personnes présentant une carence en oméga-3 avaient une susceptibilité plus grande vis-à-vis de la dépression. La maladie d’Alzheimer et les troubles cognitifs (audition, vue) liés à l’âge pourraient également être prévenus par une consommation suffisante de ces lipides.

    Autre pathologie liée à cette carence : le DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) pouvant amener à la cécité.

     

    Besoins nutritionnels et apports nutritionnels recommandés (4) (6) (7) (9)



    Les Besoins

    Le besoin nutritionnel concerne un individu en particulier. Les besoins sont donc définis par nutriment et comme des quantités nécessaires à l’individu pour assurer son entretien ainsi que son fonctionnement métabolique (activité physique) et physiologique (thermorégulation). Ces besoins sont définis dans une période de la vie comme la grossesse, la croissance ou encore l’allaitement.

     

    Les ANC : Apports Nutritionnels Conseillés :

    Tableau sur les apports nutritionnels conseillés en oméga-3Les Apports Nutritionnels Conseillés se définissent comme des valeurs de référence moyennes mesurées à partir d’un groupe d’individus défini selon leur sexe, leur âge ainsi que leur condition physique. L’ANC est un besoin moyen standard. Les ANC permettent de couvrir, avec une marge de sécurité, les besoins de près de 97,5% des individus en bonne santé. A titre d’exemple, l’ANC du DHA pour une femme de 35 ans est de 250 mg par jour alors qu’il est de 125 mg pour un enfant de 7 ans et de 70 mg pour un nourrisson.

     

    Tableau des ANC : http://www.alliance7.com

    AE: Apport énergétique

     

     

     

     

     

    Les AJR : Apports Journaliers Recommandés

    Les Apports journaliers Recommandés sont définis comme des valeurs moyennes règlementaires uniques établies pour l’ensemble de la population française. Souvent apposées sur les étiquetages des produits, elles permettent au consommateur de connaître la part de nutriments apportés par le produit par rapport aux quantités qu’il devrait consommer par jour. Les AJR sont des valeurs uniques pour chaque nutriment qui ne prennent pas en compte les différences liées à l’âge et au sexe. A titre d’exemple, l’AJR pour l'ALA est de 1,8g par jour.

    Tableau : Selon l’Afssa (Mars 2010) les Apports journaliers recommandés pour les omégas-3 peuvent être définis de la manière suivante :

    Apports journaliers recommandés en omégas-3

    L’OMS préconise également de consommer entre 1 et 2g par jour d’oméga-3.

     

    Sources alimentaires et quantités associées (5)


    Les oméga-3, dérivant d’un précurseur, l’ALA, acide gras non synthétisé par notre organisme, doivent se trouver dans notre alimentation en quantité suffisante pour satisfaire nos besoins et assurer le bon fonctionnement de notre corps. Il existe de nombreux aliments (animaux et végétaux) contenant des oméga-3. Cependant, certains se distinguent des autres par leur concentration élevée en ces composants.

    Sources alimentaires et quantités associées en oméga-3

     

    Les animaux terrestres peuvent également être une source d’oméga-3 à condition que ces derniers aient été nourris en partie avec des végétaux ou animaux riches en oméga-3 (graines de lin).

     

    Comportement nutritionnel des Français pour les oméga-3


    La nutrition est un facteur déterminant de l’état de santé d’une population. C’est pourquoi il est indispensable de connaître son comportement nutritionnel afin d’adapter au mieux les politiques de prévention et d’accompagnement.

    Comportement nutritionnel pour les oméga-3

    Ainsi, au vu de ces études, les Français et la population mondiale en général, présentent des apports en oméga-3 insuffisants alors que l’apport en oméga-6 est, quant à lui, beaucoup trop important. Le rapport oméga-6 sur oméga-3 est égal à 10 alors qu’il devrait se rapprocher du nombre 5.

    Il apparaît également qu’en raison d’une conversion de l’ALA en DHA et EPA très faible (0,2%), il faudrait consommer des quantités astronomiques d’aliments contenant ce précurseur (6,4 L de Colza ou 634 Kg de mâches). Les compléments alimentaires sources d’oméga-3 de type EPA sont alors une bonne solution pour apporter directement L’EPA et le DHA, éléments de conversion, de l’ALA.

     

    La supplémentation en oméga-3

    La supplémentation par les compléments alimentaires apporte des réels avantages aux consommateurs. De nombreuses études le prouvent :

    Supplémentation sur les oméga- 3

     

    Conclusion

    Il apparaît donc que seule une alimentation variée assure un bon équilibre nutritionnel, mais que même cette dernière présente des limites. Déficit en certains oméga-3 et difficulté à suivre les conseils nutritionnels ne sont pas des phénomènes rares. Les compléments alimentaires peuvent présenter un intérêt particulier dans la mesure où ceux-ci sont consommés d’une manière intelligente et qu’ils ne remplacent pas un traitement médicamenteux quel qu’il soit.

    Bibliographie