Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

fer-lentillesLe fer est un oligo-élément présent principalement dans les épinards et le tofu. Essentiel à la différenciation cellulaire ainsi qu’à la croissance des cellules, il joue un rôle important dans l’apport d’oxygène. En effet, il est un des constituants majeurs des globules rouges (sang) responsable de l’apport en oxygène aux cellules. Il doit être consommé à hauteur de 14 mg par jour sans quoi des atteintes cardiaque ou une maladie appelée anémie provoquant une importante fatigue peuvent intervenir.

  1. Définition
  2. Rôle physiologique
  3. Sources alimentaires et quantités associées
  4. Apports nutritionnels conseillés : nos besoins réels
  5. Statut nutritionnel : identification des groupes à risque
  6. Carences et signes de carences
  7. La supplémentation en fer
  8. Conclusion

Définition (1)

Définition du fer

Le fer est un oligo-élément présent à l’état de traces dans l’organisme. Sa présence est surtout observée dans les globules rouges et particulièrement dans l’hémoglobine, molécule responsable de sa synthèse. Lorsque les réserves de l’organisme sont en baisse, l’absorption du fer augmente et inversement, permettant de limiter les déficits comme les excès. La dose maximale autorisée en France dans les compléments alimentaires est de 14 mg/jour.

Rôle physiologique (1)

L’absorption du fer se déroule dans l’intestin grêle. Cependant l’organisme l’absorbe très mal. En effet, seul 1 à 5% du fer présent dans les légumes et 5 à 16% du fer contenu dans les aliments d’origine animale sont absorbés. Il possède de nombreux rôles au sein de l’organisme :

  • Oxygène : le fer est un élément essentiel dans la formation de l’hème, partie intégrante de l’hémoglobine, principal transporteur de l’oxygène dans les globules rouges. Il est également présent dans la myoglobine, substance qui aide les muscles à garder de l’oxygène à disposition.
  • Cellules : la différencation et la croissance cellulaire sont également des phénomènes dépendant du fer. Il participe également à la formation de l’ATP, énergie nécessaire à la vie ainsi qu’à l’activité des cellules.

Le fer agirait également sur les fonctions cognitives et sur le métabolisme énergétique.

: allégations santé validées par l'EFSA.

Sources alimentaires et quantités associées (3) (5)

Le fer n’est pas beaucoup présent dans nos aliments, cependant ce sont les viandes, les légumes et les fruits qui en sont les plus riches. De plus le Calcium limite l’absorption du fer dans l’intestin. L’apport journalier recommandé est de 14 mg / jour.

Sources alimentaires et quantités associées du fer

Apports nutritionnels conseillés : nos besoins réels (2) (4)

Le fer n’étant pas synthétisé par l’organisme, il doit donc être apporté en quantité suffisante par notre alimentation, et notamment par la consommation des produits riches en fer cités ci-dessus. Les besoins en fer diffèrent légèrement en fonction des variations climatiques, ethniques, des habitudes alimentaires et du mode de vie des individus. Les recommandations concernant les apports nutritionnels conseillés évoluent donc continuellement de par les changements rapides de nos modes de vie et nos habitudes alimentaires.

Apports nutritionnels conseillés en fer pour la population française (Afssa 2001)

Apports nutritionnels conseillés en fer

Statut nutritionnel : identification des groupes à risque

Etudes portant sur la consommation du fer

Carences et signes de carences (1)

La carence en fer n’est pas un phénomène rare, et touche beaucoup plus les femmes adolescentes, adultes et enceintes. Elle se manifeste de la manière suivante :

Anémie : la principale conséquence d’un manque de fer est l’apparition d’une anémie : Il s'agit d'une forte diminution du nombre de globules rouges dans le sang, se manifestant par une diminution d’apport d’oxygène aux cellules. Le teint devient alors pâle, une fatigue intense, des maux de tête et des engourdissements des membres apparaissent.

Atteintes cardiaques : un essoufflement plus prononcé à l’effort accompagné de troubles du rythme cardiaque (pouls accéléré) sont des symptômes faisant référence à une carence en fer.

Autres troubles : lors d’une carence en fer, d’autres signes peuvent alerter le médecin comme un phénomène de « pieds et mains froids », ou encore une diminution importante des facultés intellectuelles.

La supplémentation en Fer

Le fer agit principalement sur le système nerveux et le système sanguin.

Etudes sur la supplémentation en fer

Conclusion

Le fer est un oligo-élément très peu présent dans l’organisme. Pourtant, il joue des rôles essentiels comme la formation des globules rouges, la différenciation et la croissance des cellules, mais également dans la formation de l’ATP, molécule servant d’énergie à toutes les cellules de notre organisme. Les carences en fer ne sont pas rares et l’anémie est l’une des manifestations les plus couramment rencontrées chez les femmes et les adolescentes.

Bibliographie