Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

cuivre-hutreLe cuivre est un oligo-élément contenu dans les huîtres, le chocolat noir et les noix. Utile pour le fonctionnement de notre cerveau, il stimule également notre système immunitaire et nous aide à lutter contre le vieillissement. Il doit être consommé à hauteur de 1 mg par jour afin d’éviter tout risque de carence. L’ostéoporose et l’anémie sont deux maladies pouvant résulter, entre autres, d’un manque de cuivre.

  1. Définition
  2. Rôle physiologique
  3. Sources alimentaires et quantités associées
  4. Apports nutritionnels conseillés : nos besoins réels
  5. Statut nutritionnel : identification des groupes à risque
  6. Carences et signes de carences
  7. La supplémentation en cuivre
  8. Conclusion

Définition (2)

Définition du cuivre

Le cuivre est un oligo-élément présent à l’état de traces dans l’organisme. Il se trouve à la fois dans le sang et dans les autres tissus au niveau du cytoplasme, du noyau et des mitochondries de la cellule. Son absorption peut être perturbée par la vitamine C, le sucre et l’alcool. La dose maximale autorisée en France dans les compléments alimentaires est de 2mg/jour.

Rôle physiologique (2)

L’absorption du cuivre se déroule au niveau de l’estomac et de l’intestin. Il n’est présent qu'à l’état de traces (moins d’un gramme de cuivre dans le corps). Pourtant, il joue des rôles vitaux pour l’organisme :

  • Système immuntaire : le cuivre est un élément essentiel dans les processus anti-inflammatoires et anti-infectieux. Il lutte contre la prolifération des bactéries, des virus en stimulant la production des cellules immunitaires. Il améliore l’absorption du fer dans l’intestin, et favorise ainsi la production des globules rouges dans le sang, permettant une meilleure oxygénation des tissus. Il freine la production d’histamine composé issu d'une réaction allergique, d’où son action anti-inflammatoire.
  • Vieillissement : le cuivre permet d’éliminer les radicaux libres, composés impliqués dans le vieillissement des cellules. Il participe également à la formation du cartilage prévenant ainsi le vieillisement des articulations.
  • Cerveau : l’attention, la mémoire et le sommeil sont contrôlés par le cuivre. En effet celui-ci va agir sur la communication entre les neurones.

Le cuivre permet également l'entretien de la peau et la pigmentation des cheveux √.

: allégations santé validées par l'EFSA.

Sources alimentaires et quantités associées (4) (6)

Le cuivre n’est pas présent dans tous les aliments. Cependant, on le retrouve en relativement grande quantité dans le foie, le chocolat noir, les huîtres, les pommes de terre et dans certaines eaux minérales. L’apport journalier recommandé est de 1 mg /jour.

Sources alimentaires et quantités associées du cuivre

Apports nutritionnels conseillés : nos besoins réels (3) (5)

Le cuivre n’étant pas synthétisé par l’organisme, il doit donc être apporté en quantité suffisante par notre alimentation, et notamment par la consommation des produits riches en cuivre cités ci-dessus.

Apports nutritionnels conseillés pour la population française (Afssa)

Apports nutritionnels conseillés en cuivre

Les besoins en cuivre diffèrent légèrement en fonction des variations climatiques, ethniques, des habitudes alimentaires et du mode de vie des individus. Les recommandations concernant les apports nutritionnels conseillés évoluent donc continuellement en raison des changements rapides de nos modes de vie et nos habitudes alimentaires.

Statut nutritionnel : identification des groupes à risque

Etudes portant sur la consommation de cuivre

Carences et signes de carences (1) (2)

La carence en cuivre est un phénomène relativement exceptionnel, mais son étroite collaboration avec le fer peut provoquer des désordres très graves :

Anémie : une anémie, souvent liée à une carence en fer, peut être également due à une carence en cuivre. Ce dernier facilitant l’absorption intestinale du fer, ils se retrouveront alors simultanément en déficit. Tous les signes cliniques de l’anémie se manifestent alors : intense fatigue pâleur et essoufflement à l’effort.

Ostéoporose : le cuivre participant à l’élaboration osseuse, sa carence entraîne, en peu de temps, des pertes osseuses pouvant augmenter le risque de fractures, surtout chez les personnes âgées.

La supplémentation en cuivre

Le cuivre agit principalement sur les os.

Etudes sur la supplémentation en cuivre

Conclusion

Le cuivre est un oligo-élément très peu présent dans l’organisme. Pourtant il possède des rôles essentiels comme la stimulation du système immunitaire dans le cas d’attaques virales ou bactériennes, la croissance osseuse ainsi que la formation des globules rouges en association avec le fer. Très bon antioxydant, il permet de lutter contre le vieillissement cellulaire. Sa carence est rare, cependant un déficit non négligeable est observé chez près de 45% de la population française.

Bibliographie