Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Dans la famille « régime » je voudrais le régime Citron Détox, Le régime du Dr Dukan, celui du Dr Cohen et le régime Mayo… ? quand les beaux jours approchent, la pression monte…

La presse, les nutritionnistes, la télévision, tous vous affolent et vous proposent mille et une solutions pour venir à bout des petits kilos en trop qu’il semblerait honteux d’afficher cette été sur la plage.

La dictature de l’image du corps mince et élancé, les problèmes d’obésité et de surpoids touchant respectivement 32% et 15% des adultes (ObEpi2009) en France, ont pour principale conséquence l’émergence d’un florilège de méthodes de régime visant à réduire le poids corporel en un temps record.ANSES logo

Or, selon l’étude Inca 2 menée par l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), il s’avère que plus de 30% des femmes possédant un IMC* normal (compris entre 22 et 25) et 15% des femmes minces (IMC<22) suivaient ou avaient suivi un régime amaigrissant pendant ou avant l’enquête. Ces régimes étaient donc effectués sans justification concrète (surpoids, obésité) et donc sans suivi médical.

L’ANSES met en garde contre la pratique de ces régimes ! Un rapport permettant de mener une évaluation des risques liés à la pratique de régimes à visées amaigrissantes a été effectué sur la base d’une expertise scientifique en tenant compte des caractéristiques propres à chaque régime (aliments interdits, nombres de phases,…).

Exemples :

  • Régime Dukan basé principalement sur l’apport en protéines pures lors de la première phase.
  • Régime Mayo durant lequel toutes les matières grasses, sucres, féculents, légumes secs et laitages sont interdits.
  • Régime Miami pour lequel les féculents, les viennoiseries, les fruits sont interdits selon certaines phases.

Les résultats sont sans appel : Plusieurs régimes amaigrissants pourraient induire des déséquilibres nutritionnels (déficits ou excès) et notamment pour certaines vitamines et les minéraux. L’apparition des conséquences plus ou moins graves sur la santé (troubles osseux, malformations fœtales ou encore perturbations psychologiques) sont alors réellement à prendre en compte lors de la décision de suivre tel ou tel régime.


L’ANSES a pu ainsi classer les différents régimes par la quantification, grâce à la table Ciqual (http://www.afssa.fr/TableCIQUAL/), des apports en énergie, en macronutriments (lipides, glucides, protéines) mais également en micronutriments (vitamines et minéraux).

Toutes les couches de la population sont affectées par ce besoin de minceur et les enfants ne sont pas en reste avec 28% des filles de 14 à 17 ans et 22% des 11-14 ans qui auraient pratiqué un régime alimentaire au cours de l’année précédent l’enquête (Inca 2 2009). En France près de 30% des adolescentes s'estiment en surpoids et 67% voudraient peser moins. Or c’est à cet âge que les apports nutritionnels sont primordiaux pour le développement intellectuel et la croissance osseuse. Les régimes doivent être donc effectués uniquement sous justifications médicales (surpoids, obésité…).

Les personnes âgées sont également une population à surveiller car un risque de malnutrition peut survenir lorsqu'elles suivent un régime. Chez la femme enceinte ce sont des perturbations liés aux fœtus (malformations notamment) qui peuvent apparaitre. Chez les sportifs suivant un régime se sont surtout les risques hormonaux.

Le suivi de tels régimes comporte donc des risques surtout lorsqu’ils encouragent une alimentation peu variée et déséquilibrée. En effet ils engendrent pratiquement tous des déficits importants en vitamines, minéraux, ce qui peut entrainer des troubles de la santé importants. Ils doivent donc être justifiés (Par la mesure de l’IMC par un professionnel de santé) et nécessitent un accompagnement médical.

Ne pas oubliez également qu’une activité physique régulière est essentielle pour maintenir son poids et rester en bonne santé.

Les régimes amaigrissants ne sont pas sans risque, ainsi pour perdre vos petits kilos en trop, bougez et rééquilibrez votre alimentation sera bien meilleur pour votre santé (et votre humeur) que de suivre ce type de régime.

iStock_000004832249XSmallpamplemousse*Indice de masse corporel : Poids (kg)/ Taille² (m)

Source : Evaluation des risques liés aux pratiques alimentaires d’amaigrissement Rapport d’expertise collective Nov 2010 ANSES