Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

pnns

Le PNNS 3 ou Programme National de Nutrition Santé 3 (2011-2015) fait suite aux deux premiers programmes menés en 2001 et 2006 par le Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé ainsi que par différentes Unités de Recherche. Il a pour but, comme les précédents, de promouvoir l’accès généralisé à une alimentation équilibrée et variée ainsi que de valoriser la pratique d’une activité physique régulière. L’objectif commun de ces programmes est de prévenir l’apparition de certaines maladies (cardiovasculaires, obésité, diabète) dont l’origine peut être alimentaire. Le PNNS 3 veut également réduire les inégalités sociales en matière d’alimentation.

Ce nouveau PNNS présente plus de 40 propositions réparties selon quatre thématiques :
Thèmes Réduire le surpoids et l’obésité dans la population française Augmenter la pratique d’activités physiques et sportives régulières Améliorer les pratiques alimentaires et les apports nutritionnels Réduire la prévalence de pathologies nutritionnelles
Objectifs PNNS 2011-2015

Stabiliser la prévalence de l’obésité et réduire le surpoids de 10% chez les adultes

Diminuer de 15% la prévalence du surpoids et l’obésité chez les enfants et adolescents

Augmenter l’activité physique de 20% chez les adultes

Arriver à ce que 50% des enfants aient une activité physique intense régulière

Diminuer de 10% le temps moyen journalier passé par les enfants devant un écran (TV, ordinateur)

Augmenter la consommation de fruits et de légumes pour que 70% des adultes et que 50% des enfants en consomment au moins 3.5 par jour et que 50% des adultes et 25% des enfants en consomment 5 par jour

Réduire la consommation de sel à 8g par jour chez les hommes et à 6,5g par jour chez les femmes et les enfants

Améliorer la répartition des macronutriments dans les apports énergétiques

Augmenter les apports en calcium dans les groupes à risque

Lutter contre la carence en fer chez les femmes en situation de pauvreté

Améliorer le statut en vitamine B9 des femmes en âge de procréer

Promouvoir l’allaitement maternel

Diminuer de 5% la cholestérolémie moyenne des adultes

Augmenter le nombre de patient traités pour l’hypercholestérolémie et l’hypertension artérielle

Le PNNS traite ainsi de la nutrition comme déterminant de la santé de la population française.


iStock_000017086025enfantsXSmallDifférentes actions de sensibilisation seront menées auprès du personnel des Caisses d’Allocations Familiales ainsi que des travailleurs sociaux visant à valoriser l’activité physique régulière et l’alimentation équilibrée. Les écoles ou les centres périscolaires se verront dans l’obligation de respecter les règles nutritionnelles au restaurant scolaire (plus de fruits et de légumes notamment). A l’université, l’éducation nutritionnelle sera encouragée et valorisée. L’accès à une nourriture équilibrée et variée sera facilité pour les personnes âgées et/ou isolées, ou encore aux personnes en situation de pauvreté. Dans le milieu hospitalier, une offre alimentaire labellisée sera mise en place afin d’adapter au mieux l’alimentation, aux besoins de chaque patient.


D’autres mesures du PNNS viseront à rapprocher les producteurs des consommateurs, à améliorer la sécurité sanitaire des produits et à développer certaines variétés alimentaires (le plus souvent végétales) afin de privilégier les valeurs nutritionnelles, organoleptiques et environnementales de tels produits.

Toutes ces actions seront menées par des diététiciens-nutritionnistes et par des bénévoles, ainsi que par la mise à disposition de brochures, de logos et de liens internet issus du PNNS.

Pour plus d’informations : www.mangerbouger.fr