Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

La perte auditive est un phénomène irréversible qui peut s’avérer être un réel handicap.

Elle est due à une destruction progressive des cellules auditives (décibels trop élevés, âge,…) et varie d’un individu à l’autre. En France, on dénombrerait entre 5 et 7 millions de personnes présentant des troubles de l’audition. Ce sont majoritairement des personnes de plus de 65 ans. Néanmoins, les jeunes sont de plus en plus affectés par ce trouble, notamment à cause des concerts ou des mp3 aux volumes trop élevés.vitamines A et E et troubles auditifs

Dietary antioxidant intake is associated with the prevalence but not incidence of age-related hearing loss, B Gopinath, V. M. Flood, C. M. Mcmahon, G. Burlutsky, C. Spankovich, L. J. Hood and Paul Mitchell, The Journal of Nutrition, health & Aging DOI : 10.1007/s12603-011-0119-0

D’après cette étude épidémiologique australienne, un apport important de vitamine A et E serait associé de manière significative à une diminution de la prévalence de la perte auditive liée à l’âge (presbyacousie).

2956 hommes et femmes, âgés de plus de 50 ans, ont été suivis pendant presque 5 ans afin de déterminer le lien possible existant entre les apports alimentaires et le risque de presbyacousie. A l’aide de questionnaires alimentaires, les chercheurs en ont conclu que les personnes qui consommaient le plus d’antioxydants (via les fruits et légumes notamment) avaient une meilleure préservation de leur cellules auditives, et donc un risque de déficience auditive moindre. Les vitamines A et E semblent être les antioxydants les plus efficaces. En effet, des réductions du risque de perte auditive de l’ordre de 14% pour la vitamine E, et de 47% pour la vitamine A, ont été observées chez les personnes ayant les apports les plus importants pour ces deux vitamines.

D’autres études doivent néanmoins être réalisées afin de confirmer les effets positifs de la consommation de tels antioxydants sur la prévalence de la perte auditive liée à l’âge.

Il n’existe aucun traitement (sauf appareillage) pour traiter ou prévenir la perte auditive, l’alimentation est donc un des rares facteurs de risque modulable.