Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

27% des Français ne respectent pas la consommation de 5 fruits et légumes par jour.

Selon la dernière enquête CCAF (Comportements et Consommations Alimentaires des Français) menée par le Crédoc (Centre de Recherche pour L’Etude et l’Observation Des Conditions de Vie) entre octobre 2009 et juillet 2010, la population française ne consommerait pas assez de fruits et légumes.

credoc

En effet, seuls 27% parviennent à consommer les 5 portions de fruits et légumes recommandées par jour par le PNNS (Programme National Nutrition Santé). Une portion correspond à un apport compris entre 80 et 100g, soit un de ces aliments entier, une poignée ou une part individuelle de compote ou fruit au sirop.

iStock_000013341617XSmallceriseAujourd’hui, 73% de la population française ne consomme pas les 5 fruits et légumes recommandés par le PNNS. Ce sont les jeunes qui consomment le moins ces aliments : 100g/j contre 200g/j pour leurs aînés. La durée de conservation, le stockage mais surtout la praticité restent les principaux freins. Comme l’explique la directrice du département consommation du Crédoc, Madame Hébel : « On recherche en semaine des produits simples, rapides et faciles à manger, tout prêts, qui n‘ont pas besoin d’êtres lavés, épluchés, cuisinés… et qui se stockent facilement. Car entre un fruit qu’il faut consommer assez rapidement et un yaourt qui peut se conserver plusieurs semaines au réfrigérateur, le choix est vite fait ! Les plus jeunes n’aiment pas être tachés ou avoir les mains pleines de jus… »

Ainsi 91% des plus jeunes ne consomment pas suffisamment de fruits et de légumes contre 69% des adultes. Même si le nombre de petits consommateurs (2 à 3,5 portions par jour) chez les enfants et adolescents est stable (38% en 2007 et 2010) et celui des très petits consommateurs est en baisse (32% en 2010 contre 38% en 2007), des efforts sont encore à fournir pour sensibiliser les plus jeunes à la consommation des ces « aliments-santé ».

L’étude du Crédoc indique également que les fruits et légumes ne sont pas consommés de la même façon. En effet les légumes ont tendance à être réellement intégrés aux repas. Ils constituent le plus souvent le plat principal alors que les fruits, eux, sont considérés comme des desserts. Or, ces derniers sont majoritairement composés de crèmes desserts ou de yaourts. Les fruits sont donc moins consommés que les légumes.

De plus, le niveau d’éducation semble être déterminant dans la fréquence et le nombre de fruits consommés. Les Français les plus éduqués consomment davantage de fruits car ils ont sans doute mieux compris et assimilé les messages de prévention nutritionnelle.

Le coût des fruits et légumes ne semblent pas constituer un frein majeur dans la consommation de fruits et légumes.

Au-delà des catégories socioprofessionnelles, le facteur culturel semble également être important. Les enfants d’origine étrangères consomment plus de fruits que ceux d’origine française.

iStock_000014162581compoteXSmallLa consommation de fruits se fait sous différentes formes. Les compotes, les desserts ou encore les fruits au sirop sont largement préférées. Ces aliments faciles à consommer, à stocker et se conservant longtemps, attirent plus le consommateur que les fruits frais. 23 % de la consommation des fruits chez les enfants et 15% chez les adultes se font sous ces formes. D’un point de vue nutritionnel, ils sont tous aussi bénéfiques que leurs homologues frais. Ils contiennent de nombreuses fibres, de la vitamine C et autres antioxydants, ainsi que peu de sucre (un morceau de sucre pour les plus sucrées). Les fruits congelés, surgelés, crus, cuits ou en conserve sont également intéressant pour la santé. Il ne faut donc pas les oublier.

Il est recommandé, pour être en bonne santé et se protéger de certaines maladies comme le cancer, de consommer au moins 5 portions de fruits et légumes par jour. Or d’après cette étude, les Français en sont très loin puisque plus de 73% de la population ne consomment pas suffisamment ces aliments. La consommation de fruits est notamment trop faible. L’effort de communication doit donc être renforcé en soutenant notamment le bénéfice santé des produits à base de fruits faciles à consommer (compotes, fruits en sirop,…) qui sont appréciés et qui sont tout aussi avantageux pour la santé que les fruits frais.