Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Bien qu’il ne soit pas toujours dangereux, l’excès de poids est considéré comme négatif pour la santé. La perte de poids n’a pas toujours d’effet favorable sur la santé, cependant elle est considérée comme souhaitable. Et même s’il est en général bien perçu de suivre un régime, ses conséquences ne sont pas toujours bénéfiques. balance

L’ANSES a publié en 2011 un rapport sur les risques liés aux régimes amaigrissants. Au-delà des impacts sur la santé psychologique (troubles du comportement alimentaire liés à la restriction) et physiologique (risques osseux, cardiovasculaires et rénaux), le rapport mentionne notamment le risque de reprise de poids.

En effet, plus les régimes sont restrictifs, prolongés et déséquilibrés, plus le risque de reprise de poids est élevé. Sur le long terme (10 ans), les régimes très hypo-énergétiques entraînent une reprise de poids dans 95 % des cas. A 1 an, seulement 20 % des sujets maintiennent un poids inférieur à 10 % de leur poids initial. Une étude récente suggère que la reprise de poids touche 80 % des sujets 4 ans après avoir fait le régime Dukan. Dans la pratique, la reprise de poids est extrêmement courante et d’autant plus rapide que le sujet est âgé, sédentaire et le régime privatif. Le regain de poids est souvent supérieur à la perte (effet rebond) et fluctue souvent au cours du temps (effet yo-yo). On suppose que la reprise de poids est liée à des phénomènes d’adaptation métaboliques et à des troubles du comportement alimentaire.

Certaines populations comme les personnes âgés, les enfants et les adolescents peuvent, outre les problèmes cités précédemment, présenter des risques spécifiques. Par exemple, le risque de dénutrition est multiplié par 4 chez les sujet âgés ayant suivi des régimes, entrainant des troubles du système immunitaires et une obésité sarcopénique. Chez les enfants, des régimes trop restrictifs peuvent engendrer des retards de croissance et de puberté. Chez les adolescents, les troubles du comportement alimentaire sont très fréquents après les régimes (anorexie, boulimie).

La principale conclusion du rapport de l’ANSES est que seules des raisons de santé, et non esthétiques, doivent motiver la recherche de perte de poids. Cette démarche doit être prise en charge par des spécialistes (médecins nutritionnistes, diététiciens), qui sauront proposer le régime alimentaire adapté aux caractéristiques de la personne. Par ailleurs, il est rappelé que rien ne peut remplacer une alimentation équilibrée et diversifiée, associée à une activité physique régulière.

Sources : http://www.anses.fr/index.htm, http://fcorpet.free.fr/Denis/W/Hansel-Dukan-Obesite-2011.pdf