Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Le sel a longtemps fait polémique avec ses effets néfastes sur la santé cardiovasculaire, et notamment sur la tension artérielle. Les médecins ont longtemps préconisé à leurs patients présentant des problèmes de tension de réduire leur consommation quotidienne de sel. Ces recommandations ont d’ailleurs été reprises dans les campagnes de santé publique avec pour objectif de réduire, sur le long terme, la consommation de sel d’environ 20 %. En parallèle, l’industrie agro-alimentaire a fait, depuis les dix dernières années, un énorme effort sur la reformulation de composition de ses produits avec des réductions de 5% dans les charcuteries, 15 % dans les céréales de petits déjeuners, 17 % dans les soupes, 20 % dans les plats cuisinés.photo cuillers à sel

Or, une publication récente dans l'American Journal of Hypertension vient remettre en question notre opinion sur le sel. Cette publication, qui fait la synthèse des dernières études portant sur la réduction de consommation du sel, a montré que la réduction de sa consommation présenterait également des effets secondaires chez les sujets ayant une tension normale. En effet, ces dernières études ont établi que la réduction de l'apport de sodium (principal composant du sel) s'accompagnait également d'une augmentation de 2,5 % du taux de cholestérol et de 7 % des triglycérides. Ces résultats soulèvent donc la question du réel ratio bénéfice/ risque de réduction de la consommation de sel.

Ces conclusions pourraient conduire certains pays engagés dans des programmes drastiques de limitation du sel, comme la France et la Grande-Bretagne, à réexaminer leur politique de santé publique.

Pour consulter cette étude, rendez-vous sur :

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=American%20Journal%20of%20Hypertension%20cochrane%20review%20salt