Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

L’Institut National de Veille Sanitaire (InVS) a récemment publié un rapport d’étude sur le statut en vitamine D des Français. Cette étude, menée entre 2006 et 2007, a porté sur 1587 adultes de 18 à 74 ans 1. Ses résultats soulignent un déficit dans quasi toute la population étudiée, dont 42 % en carence modérée et 5 % en carence sévère. A noter qu’un déficit n’est pas forcément associé à des signes cliniques, mais est un facteur de risque pour d’autres maladies.

On le sait, la vitamine D intervient dans l’absorption intestinale du phosphore et du calcium et est donc essentielle pour la solidification des os, ainsi que la prévention de l’ostéoporose et des fractures. 

Depuis une quinzaine d’années, on suppose qu’elle présenterait également une action bénéfique dans la prévention de certains cancers dont celui du côlon 2, du sein 3 et de la prostate 4. Elle lutterait aussi contre l’hypertension artérielle, les maladies cardio-vasculaires, la dépression, le diabète et la maladie d’Alzheimer. Les résultats de ces nouvelles études restent à être corroborés et les mécanismes d’action préciser.

La première source de vitamine D est la synthèse de notre peau induite par son exposition au soleil, d’où son déficit plus accru pendant les mois d’hiver (notamment de février à mai). On préconise en effet une exposition du visage et des bras de 15 à 30 minutes par jour. Certains aliments, comme les poissons gras et le jaune d’œuf, en contiennent également. Le statut en vitamine D peut par ailleurs être optimisé par une complémentation alimentaire.

Selon le rapport de l’Institut de veille sanitaire (INVS), la modification de certaines habitudes de vie, comme l’augmentation de l’activité physique en extérieur, devrait permettre de réduire le déficit en vitamine D présent chez plus de 80% de la population.

1.http://www.invs.sante.fr/Publications-et-outils/BEH-Bulletin-epidemiologique-hebdomadaire/Derniers-numeros-et-archives/Archives/2012/BEH-n-16-17-2012

2. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22493367

3. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22446898

4.http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22454149