Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Anciennement connu sous le terme de « flore intestinale », le microbiote correspond à l’ensemble des bactéries qui ont colonisé l’intestin dès les premiers jours de la vie. Le microbiote et ses bénéfices sur l’organisme ont fait l’objet de nombreuses études, en particulier depuis les années 2000. Le microbiote est un ensemble plusieurs milliers d’espèces de micro-organismes, dont 1000 représentent environ 90 % de la population totale. Ses nombreuses fonctions physiologiques déjà connues (sur la digestion, sur la fabrication de certaines vitamines, sur le renforcement de la barrière intestinale …) ont un rôle essentiel dans notre santé. Ses nouveaux rôles et les dernières études correspondantes ont été présentés lors du dernier symposium international « Microbes for Health ».bacteries

Des études animales récentes ont montré que le transfert de microbiote d’une souris résistante aux infections à une souris non résistante pouvait rendre cette dernière résistante aux infections, et réciproquement. Ainsi, sous l’effet des agressions microbiennes, le microbiote s’adapte et défend l’organisme attaqué 1.

Par ailleurs, les rôles du microbiote dans la prédisposition à l’obésité 2 et dans le développement des maladies métaboliques et cardiaques 3 semblent progressivement se préciser.

Enfin, la dernière voie de recherche évoquée est son action sur le système nerveux central et plus précisément sur le développement cérébral, le comportement, l’anxiété et les maladies neurodégénératives 4.

Les fonctions physiologiques du microbiote intestinal se précisent d’année en année et soulignent l’importance de son entretien pour la santé de son hôte, c’est-à-dire de notre corps. Pour optimiser sa composition et ses activités, rien de mieux que des apports suffisants en probiotiques (rencontrées dans les yaourts, les produits fermentés mais aussi certains compléments alimentaires) ainsi qu’en fibres (céréales complètes, son de blé et d’avoine, fruits et légumes frais). Les bactéries intestinales n’ont pas fini de faire parler d’elles !

Vous trouverez des renseignements complémentaires sur les études mentionnées aux liens suivants :

1. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22503962

2. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22400352

3. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22265028

4. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21832903