Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Présentation

iStock_000012898386XSmalltroubles-alimeLes troubles alimentaires sont généralement liés à des maladies mentales qui entraînent des comportements anormaux face à la nourriture. Elles doivent faire l'objet d'un suivi régulier par un médecin spécialisé.

L’anorexie et la boulimie sont des maladies mentales extrêmement graves qui nécessitent un suivi et une prise en charge médicalisée.

L’obésité est une maladie reconnue comme telle par l'OMS en 1997. Elle affecte de plus en plus de personne en France. Elle se définit médicalement par « un excès de masse grasse entraînant des inconvénients pour la santé. » Chez l’enfant, le phénomène d'obésité est en pleine croissance, il se détecte à partir des courbes de poids et de croissance de l'individu.

Causes et manifestations de l'obésité

L'obésité peut être due à différents facteurs : alimentaires ou génétiques. La prise de poids, chez ces personnes, se fait rapidement et l'excès de graisse entraîne à court terme des troubles physiologiques (diabète, maladie cardiovasculaire..) et/ou sociologiques (rejet de soi, difficultés relationnelles..).

Cellules adipocytes

La nourriture est le principal élément à surveiller pour éviter que les enfants ne deviennent obèses. Les produits gras et sucrés sont à limiter, mais en aucun cas à supprimer totalement. Les personnes ayant tendance à prendre du poids ont un métabolisme particulier. Elles vont avoir tendance à stocker les graisses plus facilement que les autres, dans des cellules spécifiques appelées adipocytes (photo ci-contre). Ces cellules, lors de l'obésité, arrivent à saturation et vont alors se multiplier pour assurer le stockage des nouvelles graisses ingérées. Les excès sont donc à éviter et certains aliments sont à privilégier chez ces personnes.

 

Les fruits et les légumes, pratiquement toujours recommandés dans les régimes, sont des produits pauvres en graisses et qui contiennent de nombreuses fibres permettant d'augmenter le sentiment de satiété, et donc de diminuer les rations alimentaires journalières.

Pour diagnostiquer l'obésité comme telle, les médecins se basent sur un calcul d'indice de masse corporelle (IMC). Cet indice repose sur la taille (mètre) et la masse (kilogrammes) de l'individu et se calcule de la manière suivante :

IMC = masse (kg) / taille² (m)

L'IMC donnera alors une valeur qui permettra d'identifier l'état de l'individu concerné. Chez l'enfant, l'IMC est comparé, grâce aux courbes de références de poids et de croissance définis dans le carnet de santé. (Courbes bleues pour les garçons et roses pour les filles (4) ), à l'IMC moyen d'enfants du même âge et du même sexe.

Courbes de références de l'IMC chez l'enfant

Chez l'enfant, l'IMC augmente fortement la 1ère année puis diminue jusqu'à l'âge de 6 ans. A cet âge survient le rebond d'adiposité qui fait remonter l'IMC. Il est avéré que plus le rebond est précoce, et plus le risque d'obésité est élevé (2)

Les enfants sont pratiquement tous, à un certain âge, plus ou moins potelés et s’affineront lorsque la vitesse de croissance dépassera celle de la prise de poids. Cependant, de plus en plus d’enfants et adolescents sont diagnostiqués obèses et doivent donc être suivis par un médecin afin de traiter le plus efficacement cette maladie.

Prévalence de l'obésité

L'obésité touche, en France, 18% des enfants (PNNS)(2) . Les régions françaises sont touchées de manière inégale : les campagnes pour la prévention de cette maladie doivent donc être plus accentuées dans les régions où le pourcentage d'obèse est le plus important soit les régions Nord, Nord-est, le Languedoc-Roussillon et la région Centre. Les régions les moins touchées sont le Nord-Ouest et le Sud-Est. (3)

Prévention de l'obésité

L'obésité infantile possède plusieurs causes majeures comme le facteur génétique, une alimentation déséquilibrée ou encore la sédentarité. Ces deux derniers points peuvent être améliorés par le suivi de recommandations simples commençant dès la grossesse. En effet, les repères alimentaires doivent être donnés à l'enfant, dès le plus jeune âge, comme la consommation de produits ni trop gras, ni trop sucrés, ni trop salés ainsi que la valorisation des fruits et légumes, mais également les bonnes quantités de nourriture à consommer. La pratique d'une activité physique (au moins une heure d'activité physique modérée par jour pour les enfants) est également très importante pour prévenir l'obésité. Si l'enfant n'aime pas le sport, proposez lui d'autres activités qui le feront suffisamment bouger (promenades, vélo, jeux de ballons,...).

Pour aider les parents dans leur démarche éducative, l'Etat a mis en place des programmes ayant pour objectif l'amélioration de l'état de santé des individus, et notamment celui des enfants. Les PNNS (1 et 2), mis en place au début des années 2000, font partie intégrante de ces programmes et ont pour mission de réduire la progression de l'obésité en France, et en particulier celle des enfants. (http://www.mangerbouger.fr/pnns/).

Pour connaître les recommandations du PNNS cliquez ici :

Comment bien s'alimenter?

 

Traitements et approches complémentaires de l'obésité

iStock_000005937673XSmallattentionIl existe de nombreux traitements médicamenteux pour traiter l’obésité, cependant nous ne les développerons pas à travers ce site. Pour plus d'informations à ce sujet, renseignez-vous auprès de votre médecin.

 

Une bonne hygiène de vie, à savoir une alimentation équilibrée et une activité physique régulière est un moyen efficace pour prévenir l'obésité.

Un régime adapté à chaque enfant obèse peut être mis en place par le médecin et une supplémentation en vitamines et minéraux pourra être conseillée.

Un complément alimentaire multivitaminé est souvent utile pour lutter contre les déficits vitaminiques résultant de l’élimination de certains aliments :

 

Nutriment Apports nutritionnels conseillés
(0-18 ans)
Mécanisme d'action Aliments ou parties utilisées Efficacité prouvée
Vitamines liposolubles (A, D, E et K) - Elles sont le plus souvent déficitaires chez les personnes excluant les graisses lors d’un régime. Une supplémentation en ces éléments peut être conseillée. - ++
Calcium 500 à 1200 mg par jour Chez l’enfant, le calcium jouerait un rôle important au niveau de la croissance et de la prise de poids. En effet il diminue la capacité de stockage des graisses. Produits laitiers, orange, sardine. ++
Chrome 25 à 50 μg par jour Le chrome permet de réduire la sensation de faim d’où son utilité dans les régimes, permettant une diminution de la prise de poids plus efficace. (1) Pommes de terre, jus de raisin, jus de pomme ++

L'utilisation de plantes à usage thérapeutique, pour maigrir, n'est pas recommandée chez l'enfant.

Une pratique sportive régulière associée à une rééquilibration de l'alimentation sont les principales clés de réussite pour l'aider à retrouver un poids normal.

Bibliographie