Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Présentation

iStock_000011289393XSmallsommeilChez les enfants, le sommeil est primordial pour la croissance, mais également pour le développement du cerveau. De la naissance à l’âge de 12 ans, l’enfant dort entre 9h et 12h par jour. La sieste du matin est souvent abandonnée à l’âge d’un an et demi et celle de l’après-midi à l’âge de 6 ans. De nombreux troubles du sommeil peuvent faire leur apparition dès le plus jeune âge : cauchemars, insomnie, terreurs nocturnes….Plus tard, les adolescents pourront souffrir également du manque de sommeil. Veillant tard et négligeant leurs cycles du sommeil, ils peuvent alors présenter divers troubles comme un manque de concentration ou une forte somnolence.

 

Troubles et manifestations

Le sommeil est un phénomène encore mal connu. Cependant on sait qu'il existe une répartition bien définie des phases également appelées cycles du sommeil. Ces phases peuvent être symbolisées par des trains. Un train comprend 1 phase d'endormissement, 4 stades et une phase paradoxale. L'ensemble dure entre 1h30 et 2h, et se répète entre 4 et 6 fois par nuit.

Un cycle peut se représenter de la manière suivante :

Cycle du sommeilCependant, au cours de la nuit ces cycles peuvent être perturbés par différents événements : anxiété, cauchemars, insomnie. L'enfant voit alors l'une de ses phases perturbée, et la fatigue le lendemain est inévitable. La phase d'endormissement, souvent source d'anxiété pour les enfants, doit être la plus calme possible : la lecture d'une histoire ou la discussion avec son enfant peuvent l'aider à appréhender au mieux cette phase et entamer un cycle dans de bonnes conditions.

Les manifestations dues à un manque de sommeil sont nombreuses : irritabilité, fatigue, nervosité, ou encore difficultés de concentration.

Des maux de tête, de ventre ou encore des phénomènes de dépression ou des troubles du développement peuvent également faire leur apparition.
Un suivi par un médecin devient nécessaire dès lors que l'enfant souffre régulièrement de ce manque de sommeil.

Prévalence

Les troubles du sommeil sont très fréquents chez les enfants entre 2 et 12 ans, mais également chez les adolescents jusqu'à la fin de leur puberté. Aucun chiffre exact ne peut être communiqué sur la prévalence de l'ensemble de ces troubles.

Toutefois, on s'aperçoit qu'en France, certains troubles sont plus manifestes que d'autres : les terreurs nocturnes toucheraient 1 à 3% des enfants, les cauchemars et autres insomnies sont également très fréquents entre 2 et 15 ans (4 à 11%), le somnambulisme toucherait quant à lui 15% des enfants de 3 à 10 ans. (11) (12)

Prévention

La conduite à tenir face à un enfant ou un adolescent souffrant de problèmes de sommeil est avant tout de l'écouter. Le fait de parler avec lui de ses peurs, de sa journée, de ses projets, permettra de le rassurer et de lui assurer une bonne nuit. La mise en place de rituels (histoire, brossage de dents, discussion) est également un bon moyen de faciliter le coucher de l'enfant.

En cas de troubles fréquents du sommeil, une consultation avec le corps médical est à envisager. Des tranquillisants ou des hypnotiques pourront alors être prescrits, mais ils doivent rester exceptionnels car ils ne règlent en général que le problème en surface.

L'alimentation peut aider l'enfant et l'adolescent à se relaxer, d'autant que certains nutriments favorisent la phase d'endormissement. En effet, un simple verre de lait (non sucré) ou la consommation de bananes ou de figues avant le coucher peuvent apaiser l'enfant. Les repas trop copieux ou trop gras le soir sont à bannir, car l'organisme devra faire des efforts supplémentaires pour les digérer, entraînant maux de ventre et rêves désagréables. La consommation d’excitants comme la caféine (café, coca) ou les produits énergisants sont également à éviter le soir.

La pratique d'une activité physique régulière est vivement conseillée pour faciliter l'endormissement et améliorer la qualité du sommeil. Cette activité doit être pratiquée 2 à 3 heures avant l’heure du coucher, car elle va avoir tendance à exciter le corps et donc à rendre plus difficile le bon déroulement de la phase d’endormissement.

Traitements et approches complémentaires

Une bonne hygiène de vie, à savoir une alimentation équilibrée et une activité physique régulière est un moyen efficace pour prévenir les troubles du sommeil. Par ailleurs, l'hygiène de vie devrait faire partie intégrante de la prise en charge thérapeutique de ce type de troubles.

Certains éléments comme les vitamines, les minéraux et même certaines plantes peuvent présenter un réel intérêt pour améliorer la qualité et la durée du sommeil chez l'enfant.

 

Nutriment Apports nutritionnels conseillés
(0-18ans)
Mécanisme d'action Aliments ou parties utilisées Efficacité prouvée
Vitamine B6
Pyridoxine
0,3 à 1,5 mg par jour C’est un élément essentiel dans le fonctionnement cérébral et plus particulièrement dans la synthèse de certains neurotransmetteurs impliqués dans le sommeil. La vitamine B6 participe également à l’assimilation du magnésium (minéral favorisant le sommeil) par notre organisme(2). Riz complet, avocat, noix ++++
Magnésium 80 à 410 mg par jour Il permet la synthèse de dopamine (neurotransmetteur favorisant l’endormissement). Chocolat noir, bigorneaux, pommes de terre ++++
Calcium 500 à 1200 mg par jour Il agirait directement sur le processus d’endormissement en participant au fonctionnement du système nerveux de l’enfant. Produits laitiers, épinard, orange ++++
Valériane Les plantes chez l'enfant, ne doivent être utilisées que sous prescription médicale. Des études ont démontré l’efficacité de la valériane dans l’amélioration de la qualité du sommeil et pour soulager l’insomnie. L’agitation nerveuse, le stress et l’anxiété peuvent être également réduits par la consommation de valériane. La valériane peut être utilisée chez l’enfant de plus de 12 ans sous forme d'infusion de racine, pour améliorer les troubles du sommeil légers. (4) (9) Racines +++
Mélisse Les plantes chez l'enfant, ne doivent être utilisées que sous prescription médicale. Une consommation de mélisse permettrait d’apaiser et de soulager anxiété et nervosité. L’insomnie, les troubles du sommeil chez l’enfant sont également atténués voir écartés après une consommation de mélisse sous forme de tisanes. (10) Feuilles +++
Vitamine PP
niacine
vitamine B3
3 à 14 mg par jour Elle est impliquée dans la transformation de certains acides aminés qui interviendront dans la synthèse de plusieurs neurotransmetteurs : (dopamine, noradrénaline et sérotonine), eux même impliqués dans le processus d’endormissement (1). Thon, lapin, artichaut ++
Passiflore Les plantes chez l'enfant, ne doivent être utilisées que sous prescription médicale. Depuis la fin du XIXème siècle, la passiflore est utilisée pour ses effets relaxants et calmants. La passiflore favorise un bon sommeil et la bonne-humeur. (5) La passiflore peut être utilisée chez l’enfant de plus de douze ans sous forme de jus de fruit. (6) Fruits ++
Cuivre 0,8 à 1,5 mg par jour Le cuivre contrôlerait les mécanismes qui régissent le sommeil. Foie de veau, lentilles, noix de pécan +
Tilleul Les plantes chez l'enfant, ne doivent être utilisées que sous prescription médicale. Les benzodiazépines sont des molécules anxiolytiques et sédatives. Elles facilitent l’action du GABA, un neurotransmetteur qui inhibe l’action des neurones et provoque ainsi l’apaisement du cerveau. La fleur de tilleul en contient en plus des molécules de GABA déjà présentes, d’où son effet sur l’insomnie. Il est particulièrement efficace chez l’enfant en tisane (7). Feuilles +
Aubépine Les plantes chez l'enfant, ne doivent être utilisées que sous prescription médicale. Les sommités fleuries de l’aubépine sont traditionnellement utilisées, par voie orale, pour favoriser la détente et le sommeil. Chez l’enfant il existe des produits de phytothérapie contenant de l’aubépine qui peuvent soulager les troubles du sommeil et la nervosité. (3) Sommités fleuries +
Houblon Les plantes chez l'enfant, ne doivent être utilisées que sous prescription médicale. Les cônes possèdent des composés oxygénés qui sont à l’origine de ses propriétés sédatives et relaxantes. De nombreuses études montrent l’efficacité de ces cônes pour lutter contre l’agitation, l’anxiété et les troubles du sommeil. Chez l’enfant de plus de 12 ans il est possible de remplir les oreillers de ces cônes pour favoriser le sommeil cependant il vaut mieux faire murir les cônes pendant un an avant de les utiliser comme tels. (8) Cônes +

Légende : + Effet possible, ++ : Effet probable, +++ : Bon effet, ++++ : Très bon effet

iStock_000005937673XSmallattentionIl existe de nombreux traitements médicamenteux pour soigner les différents troubles du sommeil, cependant nous ne les développerons pas à travers ce site. Pour plus d'informations à ce sujet, renseignez-vous auprès de votre médecin.

 

Bibliographie

(1) Le nouveau guide des vitamines de Thierry Souccar et du Dr Jean Paul Curtay p104
(2) Le nouveau guide des vitamines de Thierry Souccar et du Dr Jean Paul Curtay p122
(3) Le guide des plantes qui soignent, Vidal, p 177
(4) Le guide des plantes qui soignent, Vidal, p 427
(5) Clin Pharm Ther. 2001 Oct;26(5):369-73. Passionflower in the treatment of opiates withdrawal: a double-blind randomized controlled trial. Akhondzadeh, Kashani L, Mobaseri M, Hosseini SH, Nikzad S, Khani M. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11679027?dopt=Abstract
(6)http://www.emea.europa.eu/docs/fr_FR/document_library/Herbal_
Summary_of_assessment_report_for_the_public/2010/03/WC500075790.pdf

(7)La gemmothérapie, Philippe Andrianne, Editions AMYRIS, 2004
(8) Le guide des plantes qui soignent, Vidal, p 285
(9) Cerny A, Schmid K. Tolerability and efficacy of valerian/lemon balm in healthy volunteers (a double-blind, placebo-controlled, multicentre study). Fitoterapia. 1999;70:221–228
(10) 14. Muller SF, Klement S. A combination of valerian and lemon balm is effective in the treatment of restlessness and dyssomnia in children. Phytomedicine. 2006 Jun;13(6):383-7.
(11) http://www.med.univ-angers.fr/discipline/pedopsy/cours-fichiers/Troubles%20du%20sommeil%20nourisson%20enfant%20adulte.pdf
(12) L'enfant et le sport, Charles M Thiebault, Pierre Sprumont, Chapitre 40, Le sommeil de l'enfant et de l'adolescent, p380