Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Présentation

iStock_000012140380XSmallimmunitL'immunité se définit comme la capacité qu'a l'organisme à se défendre face à des agents infectieux ou une maladie définie. Elle comprend une grande diversité de cellules immunitaires appartenant soit au système immunitaire inné, acquis à la naissance, soit au système immunitaire acquis au cours de l'enfance et de l'adolescence. Les enfants, plus fragiles que les adultes, ont tendance à tomber plus souvent malades. Leur système immunitaire moins habitué aux agents pathogènes se défend moins bien. Rhumes à répétition, problèmes digestifs et infections respiratoires sont alors très fréquents. Une bonne alimentation, une activité sportive régulière et une consommation de compléments alimentaires adaptée sont les clés d'un enfant en bonne santé.

 

Causes et manifestations

Les cellules immunitaires ne se trouvent pas en majorité dans le sang, mais au sein d'organes spécifiques. Elles seront libérées lorsqu’un stimulus infectieux sera détecté. Le thymus, la moelle osseuse, la rate et les ganglions lymphatiques sont les principaux organes produisant et stockant les cellules de l'immunité.

La réponse immunitaire induite par l'intrusion d'un virus ou d'une bactérie dans l'organisme peut être de deux types : innée ou acquise.

 

MacrophagesLa réponse immunitaire innée ou non spécifique, est présente dès la naissance et agit sans tenir compte de la nature des agents (pathogènes ou non) qu'elle combat. La peau et les muqueuses sont les premières barrières naturelles auxquelles font face les intrus. Si ces derniers arrivent à passer ces barrières, l'immunité innée est activée.
Les macrophages (photo ci-contre) et un mécanisme de défense appelé inflammation, interviendront lorsque des micro-organismes franchiront ces barrières naturelles, c'est-à-dire lors de l'infection. Les macrophages sont des globules blancs capables de détruire les agents pathogènes en les phagocytant.

L’inflammation est, quant à elle, un processus qui se manifeste par une forte douleur, une rougeur et un gonflement lié à la dilatation des vaisseaux sanguins. Elle va permettre d’évacuer les cellules mortes ainsi que les toxines, mais également de faire parvenir les cellules immunitaires au niveau de l'infection.

 

iStock_000012092849XSmallimmunit

La réponse immunitaire acquise ou spécifique, se développe au fur et à mesure des rencontres avec les agents pathogènes. Comme la mémoire, notre système immunitaire enregistre les types de bactéries et de virus qu'il a rencontrés. Cela permet une réponse plus rapide et plus efficace lors de la seconde rencontre. Les cellules de la réponse immunitaire spécifique sont principalement les lymphocytes (B et T) qui sécrètent différents anticorps (photo ci-contre) ou substances, tous deux nocifs aux cellules étrangères.

 

 

Ces deux systèmes immunitaires peuvent parfois s'avérer défaillants. L'ensemble de ces cellules immunitaires doit être stimulé pour pouvoir proliférer et être efficace contre les agents pathogènes. Or, cette stimulation n'est pas toujours des plus réactives au cours de certaines périodes. La fatigue, le stress, le froid, sont autant de facteurs qui contribuent à diminuer les défenses immunitaires, et donc à rendre les enfants plus malades l'hiver.

Prévalence

Les enfants sont moins bien préparés aux attaques des agents pathogènes que les adultes, et tombent par conséquent plus souvent malades. Les infections ORL (19), les rhumes ou encore les problèmes digestifs (20) sont très courants. Les enfants placés en crèche ou à l'école sont également plus sujets aux maladies de par la promiscuité avec les autres enfants. Etant plus nombreux, les virus et les bactéries le sont également. Le froid est également responsable de l’apparition de ces maladies car il diminue considérablement leur résistance immunitaire. Cependant il est normal, même bénéfique que l'enfant contracte ces infections bénignes, puisqu'elles lui permettront de développer un système immunitaire efficace.

Prévention

Des les premiers signes de l'hiver, les enfants sont sujets à des infections ORL ou à des troubles digestifs. Le froid affecte leur système immunitaire qui ne peut plus faire face aux multiples attaques virales et bactériennes. Les gestes de prévention sont simples pour éviter au maximum la contraction, mais également la transmission de ces maladies.

Pour éviter de tomber malade, une alimentation saine est primordiale. En effet, une mauvaise alimentation entraîne des déficits en certains nutriments, qui nuisent gravement au système immunitaire (10). Il est donc recommandé de suivre les conseils donnés par l'Etat à ce sujet. La consommation de compléments alimentaires pour compenser les apports insuffisants en certains nutriments, mais également ceux à base de probiotiques sont de bons moyens pour renforcer les défenses immunitaires des enfants. (11)

Pratiquer une activité sportive modérée est, de plus, efficace pour renforcer son système immunitaire. Cela permet de maintenir le corps en forme, tout en favorisant une meilleure circulation sanguine ainsi qu'une stimulation des cellules immunitaires.

Le stress est également un facteur à éviter, et notamment le stress chronique qui provoque la libération d'une hormone, le cortisol, ayant la capacité d'inhiber l'action des cellules immunitaires.

Enfin, les dernières recommandations pour renforcer l'action du système immunitaire seraient de dormir suffisamment, de ne pas fumer et de surveiller son poids.

Il existe quelques précautions à prendre pour éviter d'être contaminé par une personne malade :

  • se laver les mains régulièrement
  • ne pas avoir de contacts rapprochés avec la personne infectée
  • si possible, lui faire porter un masque lors d'infections respiratoires (grippe, rhume...)

Traitements et approches complémentaires

Une bonne hygiène de vie, à savoir une alimentation équilibrée et une activité physique régulière, est un moyen efficace pour prévenir l'apparition de maladies.

La consommation de probiotiques, de vitamines, de minéraux ainsi que de certaines plantes peuvent aider les enfants à renforcer leurs défenses immunitaires.

 

Nutriment Apports nutritionnels conseillés
(0-18 ans)
Mécanisme d'action Aliments ou parties utilisées Efficacité prouvée
Lactobacillus acidophilus - Souvent utilisé dans les laits fermentés, il a des effets bénéfiques sur le transit, notamment chez les personnes âgées. Il va également agir sur les défenses immunitaires en les stimulants. (12) Produits laitiers +++
Lactobacillus casei - Probiotique qui est souvent rajouté dans le lait et les yaourts fermentés et qui va avoir une action sur les défenses naturelles en les renforçant (13) Produits laitiers +++
Bifidobacterium ou Bifidus - Il en existe différentes espèces mais les plus utilisées sont Bifidobacterium bifidum, Bifidobacterium animalis ou lactis et Bifidobacterium longum. De plus un Bifide, comme BB12 a montré un effet positif sur le système immunitaire. (14) Produits laitiers ++++
Vitamine C
Acide L ascorbique
50 à 110 mg par jour La vitamine C participe au renforcement de notre système immunitaire en stimulant nos défenses lors d’attaques microbiennes (synthèse d’anticorps et prolifération des globules blancs) (15) Kiwi, orange, poivron rouge +++
vitamine A
Rétinol
350 à 800 µg par jour La vitamine A est incontestablement impliquée dans la réponse immunitaire mais c’est l’acide trans rétinoïque qui semble être l’acteur principal de cette implication. Il possède la capacité, de stimuler la prolifération des cellules immunitaires (lymphocytes B et T). (18) Beurre, poisson gras, jaune d'oeuf +++
Zinc 6 à 13 mg par jour Les défenses immunitaires, les processus de guérison et de cicatrisation (coagulation sanguine) sont des mécanismes qui nécessitent obligatoirement la présence du zinc. (15) Huîtres, jaune d'oeuf, germes de blé +++
Sélénium 20 à 50 µg par jour Le sélénium est un excellent stimulant de notre système immunitaire. Il nous aide à lutter contre les infections virales ou bactériologiques. (16) Noix du brésil, saumon, porc +++
Cuivre 0,8 à 1,5 mg par jour Le cuivre est un élément essentiel dans les processus anti-inflammatoires et anti-infectieux. En effet, il lutte contre la prolifération des bactéries, des virus en stimulant la production des cellules immunitaires. Il améliore l’absorption du fer dans l’intestin et favorise ainsi la production des globules rouges dans le sang permettant une meilleure oxygénation des tissus. Il freine la production d’histamine composé produit lors d’une réaction allergique d’où son action anti-inflammatoire. (17) Chocolat noir, foie de veau, lentilles +++
Echinacea purpura L'utilisation des plantes doit se faire sous avis médical chez les enfants De très nombreux composés de cette plante, en particulier des composés phénoliques, des polysaccharides, ont été isolés et identifiés comme étant les supports de ses propriétés immunostimulantes, une prolifération des cellules de la rate et la production d’immunoglobulines.
Plusieurs études cliniques ont confirmé l’intérêt de cette plante en prévention pendant la période hivernale. Il se trouve sous la forme d'extrait. (1)
Racines ++
Vitamine B9
Acide folique
70 à 330 µg par jour La vitamine B9 participe au renouvellement des cellules de l’immunité Epinards, asperges, foie gras ++
Goji L'utilisation des plantes doit se faire sous avis médical chez les enfants Des études ont montré que le goji aurait des actions antifongiques, antivirales et antibactériennes. (5) (6) Le goji agirait donc directement sur les réponses immunitaires de l'organisme. Il se consomme nature ou transformé en jus. Fruits ++
Thym L'utilisation des plantes doit se faire sous avis médical chez les enfants Le thym permet d’améliorer les symptômes d’une bronchite particulièrement chez les enfants. En effet grâce à son effet anti-inflammatoire il aide les voies respiratoires à se dégager en fluidifiant les sécrétions bronchiques.(9) Il s'utilise sous forme de tisanes ou d'extraits. Feuilles +

Légende : + Effet possible, ++ Effet probable, +++ Bon effet, ++++ Très bon effet

Bibliographie

(1)Goel V, Lovlin R, et al. Efficacy of a standardized echinacea preparation (Echinilin) for the treatment of the common cold: a randomized, double-blind, placebo-controlled trial. J Clin Pharm Ther. 2004 Feb;29(1):75-83. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/14748902?dopt=Abstract
(
2)Anticancer immunotherapy with perorally effective lentinan Gan To Kagaku Ryoho 2005 Aug; 32(8):1209-15

Hamuro JDept of Microbiology and Immunology, Keio University School of Medicine http://mims.com.my/Page.aspx?menuid=pubmeddetail&pmid=medline10n0525%5C16121931.xml&h=Gemzar
(3)Anticancer Res. 1997 Jul-Aug;17(4A):2751-5.Lentinan potentiates immunity and prolongs the survival time of some patients. Matsuoka H, Seo Y, Wakasugi H, Saito T, Tomoda H. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9252710
(4)Zhongguo Zhong Xi Yi Jie He Za Zhi. 1998 Nov;18(11):665-7.Immune modulatory and therapeutic effect of lentinan on condyloma acuminatum Yin G, Yu J, Li D http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11477860
(5) Arch Pharm Res. 2005 Sep;28(9):1031-6.Antimicrobial property of (+)-lyoniresinol-3alpha-O-beta-D-glucopyranoside isolated from the root bark of Lycium chinense Miller against human pathogenic microorganisms.Lee DG, Jung HJ, Woo ER. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16212233
(6) Biotechnol Lett. 2004 Jul;26(14):1125-30.Anti-fungal effects of phenolic amides isolated from the root bark of Lycium chinense.Lee DG, Park Y, Kim MR, Jung HJ, Seu YB, Hahm KS, Woo ER. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15266117
(7)1043-8.Efficacy of an extract of North American ginseng containing poly-furanosyl-pyranosyl-saccharides for preventing upper respiratory tract infections: a randomized controlled trial. Predy GN, Goel V, Lovlin R, Donner A, Stitt L, Basu Tk www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16247099?dopt=abstract
Int J Food Microbiol. 2005 Sep 15;103(3):347-51
(8)Inhibition effect of honey on the adherence of Salmonella to intestinal epithelial cells in vitro.Alnaqdy A, Al-Jabri A, Al Mahrooqi Z, Nzeako B, Nsanze
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16099316?dopt=Abstract
(9)Arzneimittelforschung. 2005;55(11):669-76. Efficacy and tolerability of a fixed combination of thyme and primrose root in patients with acute bronchitis. A double-blind, randomized, placebo-controlled clinical trial. Gruenwald J, Graubaum HJ, Busch R. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16366041?dopt=AbstractPlus) CMAJ. 2005 Oct 25;173
(10) Starnbach MN (Ed). The truth about your immune system; what you need to know, President and Fellows of Harvard College, États-Unis, 2004.
(11) Hatakka K, Savilahti E, et al. Effect of long term consumption of probiotic milk on infections in children attending day care centres: double blind, randomised trial.BMJ. 2001 Jun 2;322(7298):1327
(12)Immune enhancing effects of Lactobacillus acidophilus LAFTI L10 and Lactobacillus paracasei LAFTI L26 in mice Gunaranjan Paturi, Michael Phillips, Mark Jones and Kasipathy Kailasapathy http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17134782
(13)Selective effects of Lactobacillus casei Shirota on T cell activation, natural killer cell activity and cytokine production.Dong H Rowland I, Tuohy KM, Thomas LV, Yaqoob P. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20456417
(14)Immunopharmacol Immunotoxicol. 1992;14(1-2):331-40. Effect of Bifidobacterium bifidum and Lactobacillus acidophilus on gut mucosa and peripheral blood B lymphocytes. De Simone C, Ciardi A, Grassi A, Lambert Gardini S, Tzantzoglou S, Trinchieri V, Moretti S, Jirillo E. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/1597660
(15)Ann Nutr Metab. 2006;50(2):85-94. Epub 2005 Dec 21.Immune-enhancing role of vitamin C and zinc and effect on clinical conditions. Wintergerst ES, Maggini S, Hornig DH. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16373990
(16)Proc Nutr Soc. 2010 Aug;69(3):300-10. Epub 2010 Jun 25.Role of selenium-containing proteins in T-cell and macrophage function.Carlson BA, Yoo MH, Shrimali RK, Irons R, Gladyshev VN, Hatfield DL, Park JM
.http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20576203
(17) Future Med Chem. 2009 Sep 1;1(6):1125-1142.Human copper transporters: mechanism, role in human diseases and therapeutic potential.Gupta A, Lutsenko S.http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20454597
(18)Zhongguo Dang Dai Er Ke Za Zhi. 2010 Dec;12(12):976-978.Effects of vitamin A on the immune function of intestinal mucosa lymphocytes in mice.Yang LY, Chu B, Jiang LR. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21172136
(19) 10e CONFÉRENCE DE CONSENSUS EN THÉRAPEUTIQUE ANTI-INFECTIEUSE Les infections ORL 1996 - Lyon C.PERRONNE
(20)
Les troubles digestifs du jeune enfant M-J Mozin