Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
  1. Présentation
  2. Causes et manifestations

Présentation

iStock_000004609939XSmallcancer

Le cancer est une maladie se caractérisant par une prolifération incontrôlée des cellules de l'organisme. Tous les organes peuvent être atteints par le cancer ce qui entraîne, le plus souvent, leur destruction totale.

Le cancer touche l'essence même de nos cellules : nos gènes. Chez la femme, les trois cancers principaux atteignent les seins, le colon et les poumons.

De nombreux facteurs génétiques et environnementaux (alimentation, produits chimiques...) sont responsables de l'apparition d'un cancer. Des campagnes gratuites de dépistages sont mises en place, chaque année, pour détecter l'apparition de cette maladie. Plus le diagnostic survient tôt, et plus les chances de guérison sont importantes.

La recherche scientifique a permis dans un premier temps d'allonger l'espérance de vie des personnes malades, et dans un second temps de faire disparaitre certaines formes de cancers lorsque ceux-ci sont pris suffisamment tôt.

Causes et manifestations

Masse de cellulesLe cancer, également appelé tumeur, est capable d'affecter tous les organes du corps humain. Chez la femme ce sont les seins, le colon, et les poumons qui sont le plus souvent atteints. Les personnes cancéreuses voient certaines de leurs cellules se multiplier en grand nombre et de façon anarchique. Une masse de cellules apparaît alors sur l'organe touché (voir photo ci-contre). Des mutations au niveau des gènes de ces cellules cancéreuses sont responsables de cette apparition. Les organes malades se voient alors détruits par l'arrivée massive de cellules dans leurs tissus environnant.

Cependant le corps possède tout un mécanisme naturel pour réparer les mutations ou combattre les cellules touchées. Malheureusement, si ces outils sont défectueux, le cancer pourra s'installer.


Parfois, les cellules cancéreuses peuvent se détacher de l'organe infecté et migrer vers d'autres parties du corps pour proliférer à nouveau : c'est ce que l'on appelle des métastases.

Les tumeurs bénignes se distinguent des tumeurs malignes par le fait qu'elles n'entraînent pas la destruction des organes, et qu'elles ne peuvent pas se mouvoir dans le corps.

Le cancer peut évoluer sur de nombreuses années et se manifester de différentes manières : un grain de beauté qui change d'aspect (couleur, taille, relief), des saignements anormaux, de forts maux de tête, une perte de poids associée à une extrême fatigue, ou encore une masse détectable à la palpation sont des signes qui doivent amener à consulter.

Plusieurs causes sont à l'origine de l'apparition d'un cancer : l'âge, l'alimentation, l'environnement, ou encore le tabac sont les principaux facteurs déclenchants, mais certains sont modulables :

Le tabac (20) : il est responsable du plus grand nombre de décès par cancer, et est un des éléments clés à éviter, que ce soit en tant que consommateur actif, mais également en tant que fumeur passif. L'Etat français a instauré le Plan Cancer entre 2003 et 2007. Il a pour but de renforcer la lutte contre le tabagisme. Les aides au sevrage, les interdictions de fumer dans les lieux publics ou encore l'augmentation du prix des cigarettes sont autant de mesures prises dans cet objectif. Depuis les années 60, le taux de mortalité des femmes lié au tabac a tendance à rattraper celui des hommes (plus de 7000 décès chaque année liés au cancer des poumons (sources : InVS, CépiDc, HCL traitement INCa)). Il est également important de noter que le tabac ne provoque pas que le cancer des voies respiratoires, mais pourrait être également impliqué dans les cancers du sein, de l'utérus et des ovaires.

 

L'alimentation (20) : il est admis qu'aujourd'hui une alimentation variée et équilibrée associée à une activité physique régulière permettrait de prévenir certains cancers. De nombreux rapports (19) mettent en relation certains comportements alimentaires et l'apparition de cancers.

  • Le surpoids (30% de la population française, USEN 2007) et l'obésité (12 à 17% de la population française, Afssa 2007) augmentent fortement le risque de développer un cancer (8% d'augmentation pour le cancer du sein, 14% pour le pancréas, 31% pour le rein, 50% pour l'oesophage et l'endomètre).
  • La consommation de boissons alcoolisées : là aussi, l'augmentation du risque de cancers par verre de boisson alcoolisée consommé par jour est importante : 9% pour le cancer du colon, 10% pour celui du sein, 28% pour l'oesophage et 168% pour ceux de la bouche, du larynx et du pharynx. Les femmes en France sont 7,3% à consommer quotidiennement de l'alcool (3 fois moins que les hommes). (19)
  • La surconsommation de viandes rouges et de charcuteries est également à éviter. Elle augmenterait de 29% le risque de cancer colorectal pour 100 g de viande rouge mangée par jour et de 21% pour 50 g. (19) . 13% des femmes consommeraient plus de 500 g de viande rouge par semaine, il est donc important pour ces dernières de réduire leur consommation.
  • Les aliments salés et le sel, consommés à forte dose (>12g par jour) augmenterait de manière probable le risque du cancer de l'estomac. Cela concernerait plus de 5% des femmes (19)
  • Les modes de cuisson sont également pointés du doigt, mais il n'existe pas encore assez de données scientifiquement fiables, pour imputer à certains modes de cuisson l'apparition de tel ou tel cancer.


L'environnement (20) : l'exposition solaire et les multiples rencontres avec des substances dites cancérigènes (amiante, pesticides) sont des facteurs environnementaux pouvant amener à développer un cancer. Le cancer de la peau est du à 70% à l'exposition solaire. En effet, les rayonnements UVA et UVB sont très puissants et causent facilement des dommages à l'ADN (mutations au niveau des gènes), il faut donc les éviter quand ils sont les plus intenses (entre 12h et 16h l'été notamment), et se protéger le plus possible par de la crème solaire et des vêtements couvrants. L'amiante est reconnue comme cancérigène et est désormais interdite en France dans la construction des bâtiments. Le lien entre les pesticides et l'apparition de certains cancers reste encore à définir, mais il semblerait au vu des études menées sur les animaux ou des études épidémiologiques menées sur des agriculteurs, qu'un lien puisse être établi.

Prévalence

Le cancer est, en France, la deuxième cause de mortalité chez la femme (après les maladies cardiovasculaires). Plus de 62000 décès ont été déclarés pour l'année 2010. Sur les 357 700 nouveaux cas de cancers détectés en 2010, plus de 43 %, étaient diagnostiqués chez les femmes.

Les trois principaux cancers détectés chez la femme affectent les seins, le colon et les poumons : (18)

 

Type de cancer Nombre de cas détectés (en France en 2010) Nombre de femmes atteintes
(en France en 2010)
Nombre de décès féminins
(en France en 2010)
Sein 52500 51975 (99% des cancers du sein affectent des femmes) 11500
Colon 40000 18800 (47% des cancers du colon affectent des femmes) 8200
Poumon 37000 10000 (27% des cancers du poumon affectent des femmes) 7700

 

Prévention

Certains cancers peuvent être prévenus par l'élimination ou même la réduction de certains facteurs de risque. Ainsi l'environnement, l'alimentation ou encore l'exposition à certains composés cancérigènes comme le tabac, l'alcool ou l'amiante sont des facteurs qu'il est possible de moduler.

Changer ses habitudes quotidiennes (20) : comme nous l'avons vu, le surpoids est un facteur de risque dans l'apparition d'un cancer, une activité physique régulière permettra de diminuer cet excès de poids et donc d'abaisser considérablement ce risque (de 18 à 29% selon l'activité physique pour le cancer du colon par exemple). Il est également nécessaire d'adapter son alimentation en la diversifiant et en la rendant la plus équilibrée possible (voir les conseils du PNNS). Une mauvaise alimentation est susceptible de contribuer à l'apparition de certains cancers, cependant a contrario, aucun aliment ne peut s'opposer au développement de cette maladie. Il n'existe donc pas d'aliments anticancer. L'alcool est un facteur de risque important dans l'apparition de cette maladie. Il est donc nécessaire d'adopter une conduite responsable vis-à-vis de sa consommation.

Consommation de fruits et de légumes (20) : elle aurait un effet protecteur sur l'apparition de certains cancers : oesophage, cavité buccale, larynx... De plus, elle apporte peu de calories et favorise la perte de poids. Elle participe ainsi à la prévention du surpoids et de l'obésité, qui sont deux facteurs de risques majeurs dans l'apparition du cancer. Les fruits et les légumes riches en fibres seraient également bénéfiques pour lutter contre l'apparition du cancer du colon. Selon le docteur Béliveau, chercheur en biochimie, la consommation de certains aliments comme l'ail, les framboises, le curcuma ou encore le raisin, le poivre et le thé vert serait bénéfique pour prévenir l'apparition du cancer. Il faudrait les consommer quotidiennement en variant les recettes où il est possible de les incorporer. (22)

Surveiller son environnement (20) : entre 5 et 20% des cancers seraient imputables à l'environnement selon différentes sources (sources : INVS et OMS). Les UV, les substances cancérigènes comme l'amiante, les pesticides seraient à l'origine de l'apparition de certains cancers : peau (70% lié au soleil), poumons, reins, vessie.... Il est donc important de limiter les rencontres avec ces agents en se protégeant notamment du soleil (limiter son exposition) ou en portant du matériel couvrant en cas de contact avec des substances cancérigènes(combinaison, masque,...).

Traitements et approches complémentaires

iStock_000005937673XSmallattentionIl existe de nombreux traitements médicamenteux pour lutter contre le cancer, cependant nous ne les développerons pas à travers ce site. Pour plus d'informations à ce sujet, renseignez-vous auprès de votre médecin.

 

Les rôles joués par l'environnement et les habitudes alimentaires semblent être primordiaux pour prévenir l'apparition du cancer. Certains nutriments peuvent être efficaces pour lutter contre le développement de cette maladie. De nombreux végétaux possèdent également un pouvoir antioxydant permettant de combattre le stress oxydatif fait aux cellules. Ce pouvoir peut être mesuré grâce à l'ORAC. Plus la valeur de l'ORAC est élevée, et plus le pouvoir est important. Les nutritionnistes recommandent de consommer entre 3000 et 5000 unités d'ORAC par jour (μmol TE/ 100g).

 

Nutriment Apports nutritionnels conseillés
(femmes de 18 à 75 ans)
Mécanisme d'action Aliments ou parties utilisées Efficacité prouvée
Vitamine C
Acide L ascorbique
110 à 130 mg par jour La vitamine C permet de protéger les cellules contre le stress oxydatif. Kiwi, poivrons rouges, orange +++
Sélénium 50 à 60 μg par jour Une supplémentation en sélénium permettrait de diminuer de 50% le risque de développer un cancer (poumon et colorectal principalement). (4) Noix du brésil, thon, crevette +++
Cuivre 1,5 à 2 mg par jour Le cuivre permet de protéger les cellules contre le stress oxydatif. Chocolat noir, raisins secs, lentilles +++
Zinc 12 à 19 mg par jour Le zinc permet de protéger les cellules contre le stress oxydatif. Crevette, jaune d'oeuf, pain complet +++
Ail ORAC : 5708 μmol TE/100g La consommation d'ail aurait également des effets bénéfiques dans la prévention de certains cancers (colorectal et estomac) en diminuant de près de 50% le risque de développer ce type de cancer. Il faudrait pour cela consommer près de 6 gousses d'ail par semaine. (5) Gousses +++
Açaï ORAC : 102700 μmol TE/100g L'activité anti-oxydante du jus d'açaï a été mise en évidence grâce à des tests in vitro vis-à-vis de différents radicaux libres qui ainsi ont été neutralisés, mais également chez le rat et chez l'homme après analyse sanguine. (22) Des résultats in vitro montrent que les propriétés anti-inflammatoires et antio-xydantes de l'açaï ralentiraient la progression des cellules cancéreuses. (23) Fruits +++
Curcuma ORAC : 127068 μmol TE/100g Le rhizome du curcuma possède de nombreux curcuminoïdes responsables de sa couleur. Les chercheurs pensent que ces substances anti-oxydantes pourraient avoir une certaine efficacité dans la prévention du cancer. (8) Rhizome +++
Basilic ORAC : 4805 μmol TE/100g Le basilic contient un composé anti-oxydant : l'acide rosmarinique. (21) En interaction avec la vitamine E, il permet de prévenir le stress oxydatif que subissent les cellules. Des phénols ainsi que des flavonoïdes sont également retrouvés dans le basilic. Feuilles +++
Goji ORAC : 3290 μmol TE/100g Ces fruits ovales d'un rouge brillant renferment des caroténoïdes et polysaccharides aux propriétés anti-oxydantes qui protègeraient les cellules face à l'agression des radicaux libres, responsables de l'oxydation. Fruits ++
Vitamine B12
Cobalamine
2,4 à 2,8 μg par jour Une association vitamine B12 et B9 permet de réduire les cellules tumorales chez les patients fumeurs atteints de cancer (principalement poumon). (1) Saumon, thon, foie ++
Vitamine D
Calciférol
5 à 10 μg par jour Une supplémentation en vitamine D permet une diminution de l'apparition de certains cancers, comme le cancer du sein ou du colon. (2) Produits laitiers, oeuf, saumon ++
β- carotène 2 à 4 mg par jour Le β-carotène possède des propriétés protectrices vis-à-vis du cancer du poumon (chez les non fumeurs) mais également sur d'autres cancers. (3) Carotte, brocoli, abricot ++
Oméga-3 250 à 500 mg par jour Ces acides gras polyinsaturés possèdent un rôle primordial dans la prévention du cancer colorectal et du sein. Leur consommation diminuerait de près de 40% l'apparition du cancer du colon. Anchois, huile de noix, huile de lin ++
Cerise ORAC : 2370 μmol TE/100g Un régime riche en cerises permettrait également de diminuer le risque de développement des tumeurs de l'intestin chez des souris (6). Fruits ++
Chou ORAC : 1773 μmol TE/100g La consommation de chou permettrait de réduire l'apparition de cancers comme ceux des reins et des poumons. (7) Feuilles ++
Grenade ORAC : 2681 μmol TE/100g Le fruit contient de nombreux pépins enveloppés d'une pulpe rose grenat. La grenade se retrouve parmi les fruits qui contiennent le plus d'antioxydants. La consommation de cette plante préviendrait l'apparition de certains cancers comme celui du sein. (10) Fruit ++
Pamplemousse ORAC : 1238 μmol TE/100g Les pépins de pamplemousse sont composés de nombreux bioflavonoïdes. La principale propriété de ces substances est leur capacité anti-oxydante. De nombreuses études (11) (12) ont démontré l'efficacité de des substances dans la prévention de certaines maladies cardiovasculaires ou l'apparition de cancers. Fruit ++
Mangue ORAC : 1300 μmol TE/100g La mangue est riche en antioxydants que sont les composés polyphénoliques (acide gallique, mangiférine et gallotanins) et en caroténoïdes (béta carotène et violaxanthine). Ces composés ont démontré toute leur efficacité pour lutter contre le stress oxydatif et lutter ainsi contre l'apparition de certains cancers. (11) (12) Fruit ++
Papaye - Une papaye bien mûre est une très bonne source d'anti-oxydants : les catéchines et le bêta-cryptoxanthine peuvent avoir un effet anti-cancérigène. (13) Fruit ++
Panais - Il contient de nombreux composés aux propriétés anti-oxydantes que sont l'apigénine et le falcarinol. Ces deux molécules ont démontré respectivement leur efficacité dans l'inhibition du développement d'un cancer, mais également dans le ralentissement de la prolifération des cellules cancéreuses. (14) (15) Racines, feuilles, tige ++
Ginseng - Une nette diminution de l'apparition de cancers serait observée chez les personnes consommant régulièrement du ginseng. (9) Racine ++
Soja - Le soja possède des saponines, anti-oxydants permettant de lutter contre le stress oxydatif des cellules, et donc de les protéger notamment contre le cancer (colon, poumons…) (17) Graines ++
Calcium 900 à 1200 mg par jour Une supplémentation en calcium permettrait de diminuer de 60% le risque de développer un cancer. Produits laitiers, sardine, crevette +
Vitamine B9
Acide folique
330 à 400 μg par jour 20% des femmes sous contraceptifs présenteraient des cellules anormales au niveau de l'utérus. Une supplémentation en vitamine B9 permettrait de diminuer l'apparition de ces cellules et donc limiterait l'apparition du cancer du col de l'utérus. (23) Asperges, brie, épinards +

Légende : + Effet possible, ++ Effet probable, +++ Bon effet, ++++ Très bon effet

Bibliographie

(1) The protein and the gene encoding the receptor for the cellular uptake of transcobalamin - bound cobalamin, par le Dr Edward Quadros et coll. de SUNY", Kyto Biopharma
(2) DIETARY VITAMIN D AND CALCIUM AND RISK OF COLORECTAL CANCER: A 19-YEAR PROSPECTIVE STUDY IN MEN
The Lancet, Volume 325, Issue 8424, Pages 307-309
C.Garland
(3) Van Popple, 1993, Hercberg SUVIMAX
(4) Duffield-Lillico AJ, Reid ME, et al. Baseline characteristics and the effect of selenium supplementation on cancer incidence in a randomized clinical trial: a summary report of the Nutritional Prevention of Cancer Trial. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2002 Jul;11(7):630-9. Texte intégral : http://cebp.aacrjournals.org
(5
) Am J Clin Nutr.2000 Oct;72(4):1047-52.Garlic consumption and cancer prevention: meta-analyses of colorectal and stomach cancers. Fleischauer AT, Poole C, Arab L. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11010950?dopt=Citation
(6
) Cancer Lett. 2003 May 8;194(1):13-9. Tart cherry anthocyanins inhibit tumor development in Apc(Min) mice and reduce proliferation of human colon cancer cells. Kang SY, Seeram NP, Nair MG, Bourquin LD. . http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12706854?dopt=Abstract
(7) Lancet. 2005 Oct 29-Nov 4;366(9496):1558-60.Effect of cruciferous vegetables on lung cancer in patients stratified by genetic status: a mendelian randomisation approach. Brennan P, Hsu CC, Moullan N, Szeszenia-Dabrowska N, Lissowska J, Zaridze D, Rudnai P, Fabianova E, Mates D, Bencko V, Foretova L, Janout V, Gemignani F, Chabrier A, Hall J, Hung RJ, Boffetta P, Canzian F. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16257343?dopt=Citation
(8) Anticancer and carcinogenic properties of curcumin: considerations for its clinical development as a cancer chemopreventive and chemotherapeutic agent. López-Lázaro M . http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18496811
(9
) Cancer Causes Control. 2000 Jul;11(6):565-76.The cancer-preventive potential of Panax ginseng: a review of human and experimental evidence. Shin HR, Kim JY, Yun TK, Morgan G, Vainio H. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10880039?dopt=Abstract
(10
) Breast Cancer Res Treat. 2002 Feb;71(3):203-17. Chemopreventive and adjuvant therapeutic potential of pomegranate (Punica granatum) for human breast cancer. Kim ND, Mehta R, Yu W, Neeman I, Livney T, Amichay A, Poirier D, Nicholls P, Kirby A, Jiang W, Mansel R, Ramachandran C, Rabi T, Kaplan B, Lansky E. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12002340?dopt=Citation
(11)J
Nutr Biochem. 1999 Jun;10(6):367-71.Comparative content of total polyphenols and dietary fiber in tropical fruits and persimmon.Gorinstein S, Zemser M, Haruenkit R, Chuthakorn R, Grauer F, Martin-Belloso,O, Trakhtenberg S.
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15539312?dopt=Citation
(12) Plant Foods Hum Nutr. 2007 Mar;62(1):13-7. Epub 2007 Jan 23.Antioxidant in mango (Mangifera indica L.) pulp.Rocha Ribeiro SM, Queiroz JH, Lopes Ribeiro de Queiroz ME, Campos FM, Pinheiro Sant'ana HM. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17243011?dopt=Citation
(13)Cancer Metastasis Rev. 2002;21(3-4):257-64. Carotenoids in cancer chemoprevention.Nishino H, Murakosh M, Ii T, Takemura M, Kuchide M, Kanazawa M, Mou XY, Wada S, Masuda M, Ohsaka
(14) )Food Chem Toxicol. 2006 Sep;44(9):1474-84. Epub 2006 Apr 27.Apiaceous vegetable constituents inhibit human cytochrome P-450 1A2 (hCYP1A2) activity and hCYP1A2-mediated mutagenicity of aflatoxin B1. Peterson S, Lampe JW, Bammler TK, Gross-Steinmeyer K, Eaton DL. . http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16762476?dopt=Citation
(15
) J Pharm Biomed Anal. 2006 Jun 7;41(3):683-93. Epub 2006 Mar 7.Bioactive polyacetylenes in food plants of the Apiaceae family: occurrence, bioactivity and analysis. Christensen LP, Brandt K. . http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16520011?dopt=Abstract(16) Le ML. Cancer preventive effects of flavonoids-a review. Biomed Pharmacother 2002 August;56(6):296-301.
(17) J Nutr. 2005 May;135(5):1239-42. Environmental influences on isoflavones and saponins in soybeans and their role in colon cancer. MacDonald RS, Guo J, Copeland J, Browning JD Jr, Sleper D, Rottinghaus GE, Berhow MA. http://jn.nutrition.org/cgi/content/abstract/135/5/1239
(18) http://www.e-cancer.fr/cancer-info
(19) Rapports du World Cancer Research Fund et de l'American Institute for cancer Research, 2007
(20)Prevention, Nutrition et prévention cancers, Institut national du Cancer http://www.e-cancer.fr/prevention
(21) J Agric Food Chem. 2003 Jul 16;51(15):4442-9.Phenolics composition and antioxidant activity of sweet basil (Ocimum basilicum L.).Jayasinghe C, Gotoh N, Aoki T, Wada S. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12848523?dopt=Citation
(22) La prévention du cancer, docteur Béliveau, http://www.richardbeliveau.org/fr/la-prevention-du-cancer.html?start=7
(23)Green NS. Folic acid supplementation and prevention of birth defects. J Nutr 2002;132(8 suppl):2356S-2360S