Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

iStock_000005951852XSmallchicoreRetour liste alphabétique

  1. Nom et famille
  2. Description, composition et partie utilisée
  3. Propriétés
  4. Conseils d'utilisation

Nom et famille

Cichorium intybus

La chicorée est une plante de la famille des Astéracées.

Description, composition et partie utilisée

La chicorée est consommée pour ses feuilles en salade soit, pour sa racine qui renferme de nombreuses substances intéressantes. Elle comporte principalement de l'intybine et de l'inuline. Les feuilles sont également consommées.

Propriétés

La racine de chicorée facilite les fonctions d'élimination digestive et intestinale, et limite les fermentations intestinales trop importantes (effet prébiotique).

L'intybine est reconnue pour favoriser la sécrétion de la bile, et l'inuline pour favoriser le transit intestinal.

De plus, la racine de chicorée est traditionnellement utilisée pour participer à la perte de poids, en complément de mesures diététiques, et pour favoriser l’élimination rénale de l’eau. En effet, une étude (1) a permis de mettre en évidence l’efficacité de l’inuline sur la réduction des taux de lipides dans le sang.

La chicorée permettrait une meilleure absorption du calcium et du magnésium, notamment chez les adolescents et les femmes ménopausées. (2)

Conseils d'utilisation

Les feuilles ou les racines peuvent être infusées (1,5 g) dans 150 ml d'eau bouillante pendant 10 minutes, et ce deux fois par jour.

Bibliographie

(1) Dietary fructans and serum triacylglycerols: A meta-analysis of randomized controlled trials BRIGHENTI Furio http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=19373786
(2)Eur J Nutr.2009 Feb;48(1):45-53. Epub 2008 Nov 21.Short-term effect of bedtime consumption of fermented milk supplemented with calcium, inulin-type fructans and caseinphosphopeptides on bone metabolism in healthy, postmenopausal women. Adolphi B, Scholz-Ahrens KE, de Vrese M, Açil Y, Laue C, Schrezenmeir J. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19030908
BRUNETON J. « Pharmacognosie Phytochimie Plantes médicinales », éditions Lavoisier Tec & Doc, 1993, p.78.
PARJADIS S. « La Chicorée à café, Cichorium intibus L. » Thèse de Pharmacie. Université de Montpellier I, 1985.
VAN HELLEMONT J. « Compendium de Phytothérapie », APB Service Scientifique, 1986, p.101.