Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Comportement nutritionnel pour le magnésium

Il apparaît, au vu des études actuelles (Inca 2, Val-de-Marne) que les apports alimentaires en magnésium sont bien en-dessous des apports recommandés Et ce, pour 59% de la population. Il s’avère également que les personnes âgées sont les moins grandes consommatrices d’aliments contenant du magnésium. Les déficits sont difficilement décelables. Même une simple prise de sang ne permet pas d’assurer que l’individu est en déficit puisque son taux dans le sang ne reflète pas celui présent dans les tissus.

Comportement nutritionnel pour le cuivre

La carence en cuivre dans la population française est un phénomène rare. Cependant certaines maladies peuvent perturber son absorption (par exemple, la maladie de Menkes). Les carences en protéines chez l’enfant engendrent également des déficiences sévères en cuivre. La sous-nutrition ou une alimentation mal équilibrée peut également être source de désordres sur la concentration du cuivre dans l’organisme. En France, 45 % de la population possèderait des apports en cuivre inférieurs aux apports recommandés, sans toutefois présenter le moindre symptôme clinique (Etude Inca 2).

Comportement nutritionnel pour le fer

Les déficits en fer ne sont pas rares, même dans les pays développés. Les femmes en âge de procréer sont les personnes les plus touchées. En effet, les besoins féminins sont plus élevés que chez les hommes en raison des règles, qui chaque mois, leur font perdre une quantité non négligeable de sang, et donc de fer. Les femmes enceintes et allaitantes fournissent à leur enfant une quantité non négligeable de fer, et voient ainsi leurs besoins augmenter. Selon l’OMS, près de 13% de la population mondiale souffrirait d’anémie liée à un manque de fer.

Comportement nutritionnel pour l'iode

La quantité d’iode apportée à l’organisme ne doit ni être trop basse ni être trop élevée afin d’assurer le bon fonctionnement de la glande thyroïdienne. Les carences en iode en France sont rares de par le fait que nous consommons énormément de sel de mer iodé (130 μg en moyenne selon l'Etude Suvimax). Les pays éloignés de la mer, ou les régions comme le Jura ou les Alpes, peuvent néanmoins présenter certains cas de carence.

Comportement nutritionnel pour le manganèse

Des études menées dans les pays industrialisés (Val-de-Marne, Inca 2) montrent que les apports en manganèse faits par l’alimentation sont bien au-dessus des apports journaliers recommandés. Les carences et les déficits en manganèse sont donc relativement rares, et sont souvent dus à des déficits d’absorption au niveau de l’intestin.

Comportement nutritionnel pour le sodium

Toutes les études menées sur l’apport en sodium par l’alimentation et par le sel de table indiquent très clairement que les Français ne présentent pas de carence. Ils auraient même tendance à en consommer en trop grande quantité soit près de 12 g/jour (étude Inca 2). Les carences sont donc très rares, et sont surtout dues à des vomissements excessifs, des diarrhées ou une sudation importante. Les jeunes enfants et les personnes âgées en sont les principaux groupes à risque.

Comportement nutritionnel pour le zinc

Selon l’étude du Val-de-Marne, il apparaît que la carence en zinc est un phénomène courant, surtout chez les femmes (57 à 79%), les adolescents (50%) et les enfants (18 à 25%). Les apports en zinc par l’alimentation sont donc souvent en-dessous des apports recommandés. Les personnes à risque sont également celles consommant de grandes quantités d’alcool, les diabétiques et celles souffrant de maladies d’absorption (Crohn ou recto coliques).